D’une certaine manière, c’est amusant parce que je me suis souvent demandé ce qui pouvait bien pousser les gens à ouvrir un blog et puis voilà donc qu’aujourd’hui je me retrouve en train de taper un texte de présentation pour ce qui sera probablement MON blog si j’arrive à maîtriser les mystères de l’informatique et que je ne me plante pas en tentant de l’installer tout à l’heure….Un effet de mode ? Est-ce que je me plierais à un effet de mode alors que j’ai toujours vomi le réflexe grégaire ?…
En fait j’ai l’impression que ce qui pousse les gens à avoir leur blog, c’est la même chose qui les pousse à tenir un journal intime .. le besoin de se situer dans le temps et dans l’espace, conjugué peut être à la peur de manquer de mémoire, et pour ce qui est du blog, à un certain gout pour l’exhibitionnisme peut être même si ça n’a pas besoin d’être complètement conscient. . C’est peut être aussi parce qu’on a envie de pouvoir quantifier (bouh le vilain terme) son évolution personnelle… Et c’est donc en définitive, surtout une manière de se prouver qu’on existe…
J’ai souvent entamé la tenue d’un journal intime. Une fois, c’était dans le cadre d’un programme de « développement personnel » pour développer son intuition et sa créativité: il fallait, chaque jour, écrire d’une traite je ne sais plus combien de pages pour désamorcer le mauvais esprit vachard et l’omnipotence du « juge intérieur » … je l’ai fait régulièrement pendant plusieurs mois et c’était effectivement une expérience intéressante … et le dernier journal intime que j’ai tenu assidument s’est étalé, lui aussi, sur plusieurs mois … ces mois décisifs et douloureux où, à presque cinquante ans, j’ai tout quitté pour commencer une nouvelle vie…
En fait, j’ai toujours aimé les carnets et j’ai toujours eu le fantasme… ou j’ai toujours eu l’ envie, au moins, d’avoir un gros carnet fermé par un élastique, boursouflé, aux pages cornées et tachées, plein de bouts de papier, de photos, de fleurs séchées qui dépassent, un gros carnet de cuir fatigué, boursouflé, débordant de citations, de notes de lectures, de références de films, de coups de gueule et de coups de coeur… Et d’ailleurs, j’ai toujours aimé lire les journeaux littéraires: j’ai aimé ceux de Giono, de Gabriel Matzneff, de Galtier Boissière, de Paul Léautaud, d’ Ernst Junger et de bien d’autres … j’ai aimé les correspondances aussi (c’est le moment de rajouter Augiéras dans ma liste d’auteurs…), ce qui revient, dans la démarche, de toute manière au même…
Un blog, on en conviendra, c’est beaucoup plus personnel qu’un forum où on est quand même plus ou moins obligé de se soumettre à un certain nombre de règles « intérieures »… parce que sur un forum, on est chez « les autres ». Sur un blog règne un parfum de liberté à la fragrance plus prononcée parce qu’on est chez soi et qu’on se sent toujours plus libre chez soi que chez les autres. On est plus à l’aise aussi parce qu’on sait où sont les choses, on sait qu’il ne faut pas tirer la chasse d’eau trop fort sinon on risque d’en foutre partout, combien de temps après avoir ouvert le robinet il faut attendre pour avoir de l’eau chaude, que la troisième marche de l’escalier grince plus que les autres, que ce fauteuil est plus confortable que celui là qui est pourtant plus joli … et que la bouteille de pur Malt est là-bas, sous le lavabo… Le blog est un espace dans lequel on imprime la marque de sa personnalité. Et je préfère qu’on me dise « on se sent bien chez toi », plutôt qu’on me loue pour ma bonne tenue chez les autres…

Alors, allons-y …

Publicités