You are currently browsing the daily archive for janvier 7, 2008.

J’ai terminé hier « Train d’enfer pour Ange rouge ». C’était le premier roman de Franck Thilliez, paru en 2003 qui a écrit depuis « la Chambre des Morts » (2005), « Deuils de miel » (2006) et « la Forêt des ombres » (2006). Cet auteur prolixe rencontre un joli succès de vente et « la Forêt des Ombres » et « la Chambre des Morts » sont en cours d’adaptation au cinéma.Il a par ailleurs reçu le prix des lecteurs Quais du Polar 2006 et on parle de lui comme du futur « roi du thriller français ».
L’histoire: le commissaire Sharko dont la femme a disparu 6 mois auparavant se rend sur les lieux d’un crime et découvre le corps torturé d’une jeune femme qui a manifestement été retenue prisonnière durant des mois au long desquels on lui a fait subir des sévices épouvantables. L’enquête éprouvante va l’entrainer dans le milieu SM hard et du monde du vice qui se cache sous les atours policés d’Internet. Il rencontre des tarés dont il n’aurait jamais soupçonné l’existence et croise quelques autres cadavres qui ont subi le même traitement que la première de la liste, à la poursuite du tueur qui peut tout aussi bien être un fou mystique qu’un vulgaire marchand de sexe, entre snuff movies et le souvenir d’un moine qui fut une grande figure de l’Inquisition.
Autant l’avouer tout de suite, je n’ai pas beaucoup aimé…  l’écriture d’abord car l’auteur veut trop en faire… Il abuse vite des images et son style devient trop redondant. A un point tel que même la plupart des dialogues souffrent de cette écriture un peu laborieuse que d’autres ont qualifiée d' »agressive » (comme quoi les gouts et les couleurs…) et que bien souvent, les personnages s’expriment de la même manière que l’auteur dans ses parties descriptives . Ce qui fait qu’on a des diatribes du genre : »je ne sais pas quelle force obscure engendre ces êtres démoniaques ni si ce sont les lois de probabilités ou du hasard qui font que, à un moment ou un autre, on bascule du mauvais côté… », et qu’on ne dit pas « je restai muet de dégout devant toute cette horreur » mais « ces mots me figèrent dans les replis du dégout, à la bordure des profondeurs rances de la colère, de la rage, de l’envie de presser le monde jusqu’à en extraire la substance immonde qui donne vie aux criminels ». Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? n’est-ce pas ? parce qu’on ne dit pas non plus « je sentais son souffle sur ma nuque » mais « son souffle fétide me taraudait les épaules », pas plus que « je vis les yeux d’Elisabeth s’écarquiller » mais « je vis les pupilles d’Elisabeth se répandre dans le blanc de l’oeil comme une nappe de pétrole » (aïe, ça doit faire mal …). Et ce ne sont que quelques exemples pris entre des dizaines d’autres …
L’intrigue est assez haletante mais ne tient pas vraiment la route: le commissaire, en dehors de toute vraisemblance se conduit comme un privé américain des années 50, on ne sait pas les véritables motivations du tueur, le marchand de sexe semble avoir la prédominance mais le fou mystique n’est pas loin, comme si l’auteur était pressé de finir … et je me demande encore pourquoi il avait choisi … non, ça je peux pas le dire parce qu’il faut quand même ménager un tout petit peu de suspense pour ceux qui voudront quand même le lire …
Enfin, cerise sur le gâteau, il faut souligner l’extrême complaisance des descriptions des scènes « gore » (avec lesquelles l’auteur tient quand même son lecteur en haleine : le répugnant est assez fascinant…): « La tête reposait face tournée vers le plafond, à une trentaine de centimètres de son propre corps. Par l’orifice béant du cou, fuyaient tendons et ligaments, tiraillés à se rompre ou regroupés en fins serpentins bouclant tels de minuscules ressorts. Au coeur de ce lacis violacé, poignait, entre deux parois de chair, l’obélisque blanc de la moelle épinière », ou encore « des petits-laits, des sérosités rosâtres, des eaux semblables aux vins gris du Maroc, suintaient des deux seins brulés »…
Ben ça me donne pas envie d’acheter les autres, ni de les lire …

pour me contacter

janvier 2008
L M M J V S D
« Déc   Fév »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

a

Des racines et des elfes

Tigialon uscas

Blog Stats

  • 1 286 149 hits