You are currently browsing the daily archive for février 23, 2008.

(Dimanche 17 février 2002-2008)

On n’est pas encore dimanche et on n’est plus samedi … en fait il est minuit et comme je ne peux pas dormir je descends fumer une cigarette dans le hall où je trouve installé … Sharad qui est là depuis une heure … il n’avait pas osé monter, craignant de nous réveiller… Il a des cadeaux pour nous, une statuette de ……. Shiva pour moi et pour France un plant de Tulsi dont le blog « l’Inde où je vis » (dont j’ai donné le lien au début de ce voyage) dit :
« Le Tulsi (basilic) est regardé comme l’épouse de Vishnu. Cette plante sacrée que les hindous cultivent en pot dans les temples et à leur domicile apporte le bonheur. Il lui font des Puja chaque matin, et y mettent une emphase particulière lors du mois de kartik, (oct-nov) consacré à Vishnu, avec le mariage du Tulsi. Une lampe à huile brûle devant elle. On considère que mettre des feuilles de Tulsi dans l’Eau la rend aussi pure que l’Eau du Gange (Ganga jal). On met une feuille de Tulsi dans la bouche d’un mort pour le purifier. »
Un joli cadeau en vérité, mais « mon » Shiva est aussi très beau, sans doute ancien …à Mc Leod Ganj, moi, je lui avais donné mon harmonica…
Jusqu’à 2 h dans la chambre, il parle sans arrêt et France et moi en arrivons vite à une complète saturation … je comprends quand même qu’à mon sujet il dit que je dois avoir trop de pensées en tête -sur les gens, sur les choses, etc.- et qu’il faudrait que je les écrive pour débarrasser mon esprit et en même temps y voir plus clair … il a bien su lire en moi le bougre et su discerner mon agitation mentale …
Quand nous voulons partir, les employés de l’hôtel qui ne sont toujours pas couchés (mais bon c’est vrai que s’ils dorment dans le hall on doit les déranger pas mal …) insistent pour qu’on paye les trois dernières nuits. Il n’a jamais été question de ça et on est persuadé qu’on a déjà payé l’Agence pour ça précisément, alors on les renvoie à Bablu. Et c’est ce qu’on fait aussi pour le chauffeur de la voiture qui vient nous chercher : pas question de le payer directement comme il le réclame, qu’il s’adresse à Bablu. D’ailleurs, on s’offre une petite peur quand il nous demande s’il doit nous emmener à l’aéroport international ou l’aéroport domestique … pas la peine de se fier à leur dénomination, il nous précise que l’un comme l’autre présentent des vols internationaux … Alors plutôt que répondre au hasard, France demande à son pendule qui penche pour le premier: bingo ! gagné ! ouffff………….
Nous y retrouvons Anne qui est allée à Haridwar (quand nous y étions aussi), Agra et Jaïpur et nous commençons à échanger ce qu’on appelle désormais nos « souvenirs » …
A l’aéroport, je suis « aux oiseaux », je perds mon billet, je ne retrouve plus ni ceci ni celà alors que je l’ai sous le nez … y a de la fatigue dans l’air … et puis des anecdotes bizarroïdes : à la Sécurité par exemple on me confisque la boite d’allumettes que j’ai dans la poche de pantalon mais pas celle dans mon coupe-vent …
Nous arrivons à Paris vers 15 h, heure locale, où France s’aperçoit qu’elle a perdu son plant de Tulsi, récupérés par le frère de France presque une heure et demi plus tard, parvenus à Poitiers dans la nuit où j’éprouve une certaine excitation à me retrouver bientôt tout seul et (curieux, non ?) impatient de me mettre aux « Fragments d’un enseignement inconnu » d’Ouspensky dès demain …

ben voilà, c’est fini …..

Namasté.

Publicités

(Samedi 16 février 2002-2008)

Notre dernier jour ici. Après une douche de mise en forme … tiens je m’aperçois que dans les choses dont je n’ai pas parlé figure la douche indienne que j’affectionne tout particulièrement …il faut d’abord parler de la salle de bains qui est entièrement carrelée avec un trou au milieu par terre … le but du jeu est donc de se savonner si on en a envie et de se rincer ensuite avec une sorte de broc, un récipient qu’on remplit d’eau au robinet… c’est curieusement très agréable et particulièrement économique … Donc, après une douche de mise en forme, je passe une bonne partie de la matinée à me balader dans le quartier, à naviguer entre les tranchées qui, par ci par là, éventrent les rues, les animaux en nombre, les véhicules vociférants, les passants affairés … dans un état de bonheur sans taches … j’achète des couverts, je me doute bien que les fourchettes surtout ne résisteront pas à un morceau de viande même pas coriace mais ils sont plutôt jolis, et encore une ou deux statuettes de Shiva.
inde-20-2002-2008-052.jpg Avec France, nous restons un bon moment à prendre le soleil dans le petit jardin public au pied de l’hôtel, puis nous mangeons très copieusement dans un restaurant végétarien. Je n’arrête pas de m’émerveiller devant les couleurs des légumes et leur diversité, et leur goût !!! enfin une cuisine végétarienne qui donne faim … inde-22-2002-2008-055.jpg celle que j’ai pu « essayer » en France est tellement triste … et d’une fadeur …Nous retournons ensuite dans le jardin où je somnole tranquillement pendant plus d’une heure, les pieds nus sur la terre fraîche. En fait, on attend Sharad qui devait passer nous prendre en voiture pour un dernier tour dans le centre de New Delhi … je voudrais notamment y changer mon pendjabi acheté chez le Sikh qui, sans doute parce qu’il n’en avait plus en stock, m’avait soutenu qu’on ne faisait pas de pendjabi en coton pour pouvoir m’en vendre un en synthétique … Pas de Sharad, alors nous partons une nouvelle fois à pied … Je cherche une édition de Sherlock Holmes en Hindi pour Patrick, mais en vain, en revanche j’achète encore quelques objets et France des vêtements … nous sommes un peu perdus et un môme se propose pour nous piloter… l’élémentaire bon sens voudrait qu’on se méfie mais nous sommes toujours en état de grâce et on se laisse faire … bon, c’est vrai qu’il nous conduit où il veut, mais après tout comme on n’a pas de but bien précis, ce n’est pas vraiment un problème …Et finalement on l’emmène dans un petit resto pour lui offrir un repas qu’il avale goulument …et avec ce qui ressemble bien à de la reconnaissance … Avant de rentrer à l’hôtel, une question que je me pose depuis sans doute notre arrivée et que je n’ai pas pensé à poser à qui aurait pu me répondre, c’est de savoir ce que les indiens peuvent bien faire sur les toits des maisons et des immeubles … il y en a partout, à côté d’espèces de gros réservoirs … de l’eau ? pour la lessive ?…inde-21-2002-2008-049.jpg
Sur la petite place rond-point juste à côté de l’hôtel, sur les barres d’acier qui l’entourent, du linge avait été étendu pour sécher et France, au moment de partir, y avait ajouté son pantalon qu’elle venait de laver : il est encore là à notre retour, ce qui franchement m’épate beaucoup et j’imagine juste en vitesse le même truc en France : rigoureusement impossible à mon avis … dans le petit jardin, c’était pareil, France avait déjà mis son pantalon et un châle à sécher sur les petites haies ce qui avait sans doute semblé tout à fait normal aux gens qui passaient qui n’y avaient absolument pas prêté attention …
J’ai nettement l’impression que depuis notre arrivée, nous avons passé un certain nombre d’initiations avec succès et franchi quelques murs …
Il est 19 h45 et nous n’avons toujours pas de nouvelles de Sharad alors que nous devons quitter l’hôtel à 2 h du matin, mais comme France ne semble pas du tout inquiète, je décide qu’elle a raison et d’en faire autant … On tente bien de dormir un peu mais on dirait que l’Inde en a décidé autrement, qu’elle a décidé de nous dire au revoir à sa façon, en nous empêchant de dormir : beaucoup de bruit dans l’hôtel lui même et beaucoup de musique dehors, un autre mariage sans doute parce qu’il semble que ce soit la période …

Christian Goudineau: « Par Toutatis ! Que reste-t-il de la Gaule ? » (Seuil)

J’avais été plutôt séduit je dois l’avouer par la liberté de ton qu’affectait Goudineau … de la simple affectation malheureusement parce qu’avec une absence totale d’humilité l’auteur, loin des révélations promises, ne nous apprend en définitive pas grand chose. Qu’en pleine période romaine, persistaient des cérémonies organisées selon un calendrier gaulois fort ancien. Que la Gaule était un pays largement défriché, exploité économiquement, au sol organisé pour des raisons d’agronomie et sans doute à des fins fiscales. Que les Gaulois étaient assujettis à l’impôt et même pressurés au maximum par leurs chefs. Qu’il y avait une zone monétaire indexée sur le denier ce qui montre que la Gaule s’était déja pliée aux nécessités économiques (et capitalistes) et que devaient s’échanger des cargaisons entières de navires romains contre des centaines d’esclaves (monnaie d’échange semble-t-il habituelle contre le vin …), des milliers de boeufs sur pied, des tonnes de sel et des quintaux d’étain. Les interlocuteurs gaulois des commerçants romains ne pouvant être que les aristocrates qui disposaient seuls des fonds et de la culture appropriée. Que la Gaule enfin, n’était pas une nation unie, que c’est César qui a fixé des frontières arbitraires et que l’essentiel des « grands peuples » de Gaule se joignirent à César pour soumettre les régions encore indépendantes du Nord et de l’Ouest jusqu’à ce que le romain commette assez d’erreurs pour qu’éclate l’insurrection générale.Tout ça, le druidisant doué d’un minimum de bon sens et d’esprit critique le sait déjà … il n’y a que ceux (nombreux malheureusement) qui pratiquent l’idéalisation forcenée qui seront froissés par ces vérités qui n’entachent en aucune manière le respect qu’on doit à nos Ancêtres, les anciens Celtes … Pour nous faire cette démonstration, Goudineau emploie les trois quarts de son bouquin, le reste est consacré à la difficile histoire de l’archéologie et à l’incurie des autorités humaines dès qu’il s’agit de mettre en balance un intérêt historique et de civilisation avec des intérêts économiques et marchands… triste …

pour me contacter

février 2008
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829  

a

Des racines et des elfes

Tigialon uscas

Blog Stats

  • 1 275 941 hits
Publicités