Bruno Gollnish, vice président du FN avait déja été condamné en Première Instance à 3 mois de prison avec sursis et 5000 euro d’amende. Cette condamnation vient d’être confirmée en appel, augmentée de 39 000 euro de dommages-intérêts à verser à neuf parties civiles. M. Gollnish a été reconnu coupable de « négationnisme par insinuation« (…) pour avoir déclaré « je ne nie pas les chambres à gaz homicides mais je ne suis pas spécialiste de cette question et je pense qu’il faut laisser les historiens en discuter et cette discussion devrait être libre ».
La charge de la preuve en droit français appartient au demandeur …elle s’en trouve, ici, singulièrement facilitée