« Charlie Hebdo : fini de rire !
Philippe Val, directeur de publication de Charlie Hebdo, qualifie d’antisémite un article publié dans son propre journal. Entre autres joyeusetés…

A lire Charlie hebdo, comme ça, avec les petits dessins rigolos et les vannes à toutes les pages, on se dit que c’est un journal où ils doivent bien se marrer. Pourtant, il suffisait, paraît-il, d’assister à la conférence de rédaction de jeudi dernier pour comprendre que… pas du tout. Ambiance pourrie, cafés tièdes et réparties qui tombent à l’eau. Explication : deux jours avant, Claude Askolovitch, journaliste au Nouvel Obs, dénonce sur RTL « un article antisémite dans un journal qui ne l’est pas ». Il fait référence à la chronique du dessinateur Siné, « vétéran » de l’hebdo satirique. A l’antenne, il explique que Philippe Val, directeur de publication de Charlie Hebdo, « insoupçonnable d’antisémitisme » et même « considéré par certains comme philosémite », fera, dans le prochain numéro, « un éditorial pour expliquer que Siné est une ordure ».

Quand Charlie fait son auto-procès
Jeudi donc, gros malaise à la rédaction de Charlie. Finie la joyeuse impertinence et la belle unité du procès des caricatures, on oscille entre murmures réprobateurs et embarras. « Siné a peut-être été un peu trop loin… », reconnaît, off, un dessinateur. « Le problème, c’est qu’on est obligés de se protéger, concède un autre. Le texte de Siné n’est pas défendable devant un tribunal… » Pour Charb, autre figure charliesque, « il est évident que Siné n’est pas antisémite, mais son texte peut être mal interprété ». Le tronçon qui fait débat est assez court, nous le reproduisons ici :

« Jean Sarkozy, digne fils de son paternel et déjà conseiller général de l’UMP, est sorti presque sous les applaudissements de son procès en correctionnelle pour délit de fuite en scooter. Le Parquet a même demandé sa relaxe ! Il faut dire que le plaignant est arabe ! Ce n’est pas tout : il vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d’épouser sa fiancée, juive, et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie, ce petit ! »

Philippe Val explique que, comme Siné le dézingue dans la première partie de cette chronique (ce qui est tout à fait exact, les deux hommes étant en conflit depuis de nombreuses années), il n’avait pas lu ce passage avant sa publication. Mais il attend des « excuses » de la part du dessinateur pour un article qu’il juge clairement « antisémite ». Et il promet qu’un « communiqué signé de toute la rédaction paraîtra la semaine prochaine » pour remettre les pendules à l’heure. Charlie qui présente ses excuses dans ce cadre, ça fait bizarre. Et pour cause, c’est une première. L’ex-journal « bête et méchant » serait-il en train de devenir « intelligent et respectable » ? De fait, le texte de Siné est plus qu’ambigu. A le lire, on peut comprendre que pour aller loin dans la vie, il vaut mieux être juif…

Hara-kiri général
Mais évidemment, Siné, 80 ans de provoc’ au compteur, trouve « tout ça complètement con » : « Si Jean Sarkozy se convertissait à l’islam pour épouser la fille d’un émir ou à l’hindouisme pour épouser une fille de maharadja, je l’aurais écrit aussi. Quant à faire des excuses à Sarkozy et à Darty, autant me couper les couilles tout de suite. » A propos de couilles, il estime d’ailleurs qu’à Charlie, on en manque sérieusement et que ses confrères sont des « lâches » qui ploient devant Val, patron despotique. Pouêt, pouêt, qu’est-ce qu’on se marre…

Pour continuer dans la franche rigolade, Siné contre-attaque en accusant Val d’avoir allumé un contre-feu pour se débarrasser d’une autre polémique qui enflamme la rédaction en ce début d’été. Dans un précédent édito, le directeur de publication a en effet pris fait et cause pour Richard Malka, avocat de Charlie Hebdo et de Clearstream, contre Denis Robert, le journaliste indépendant qui s’est attaqué au grand groupe financier luxembourgeois. Plusieurs piliers du journal, Cavanna, Michel Polac et Siné, ont alors désavoué Val dans leurs chroniques. Et comme si ça ne suffisait pas, on vient d’apprendre que Patrick Pelloux, chroniqueur et syndicaliste hospitalier, menace de démissionner parce que Michel Polac l’a attaqué dans les pages de Charlie au sujet d’un article sur le cancer. Patrick Pelloux a réagi en envoyant un texto à ses copains de la rédaction, ainsi libellé : « Amis, suite à l’article de Polac de cette semaine je vais suivre son conseil et je quitte le journal pour rester aux urgences. » Décidément… Si ça continue, bientôt, on se poilera autant à Charlie qu’au Figaro. Pourvu que la ressemblance s’arrête là. »

source : http://www.marianne2.fr/Charlie-Hebdo-fini-de-rire-!_a89097.html

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Pour pas en rajouter, on se souvient aussi du duo « dont la France avait tellement besoin » (hahaha !!!), Font et Val… enfin, non, on ne s’en souvient probablement pas mais le Val était le même qu’aujourd’hui, Philippe, et le Font, Patrick, était son « complice » son faire valoir peut être … qui ont fonctionné en duo jusqu’à ce que le Patrick se fasse prendre par la police et la justice avec une main dans la culotte de moins de 15 ans … dans Wikipédia, on dit timidement qu’à l’occasion de son séjour en prison (4 ans quand même sur les 8 de la peine), « Philippe Val s’est alors éloigné de lui »… fidèle en amitié le mec, à ce qu’on voit … et doué d’une faculté d’impertinence d’autant plus remarquable qu’il sait parfaitement la mettre en veilleuse quand elle menace de lui causer des ennuis…

Publicités