Ernest Renan est mort le 2 octobre 1892 à Paris

Il avait notamment écrit : « «Une patrie se compose des morts qui l’ont fondée aussi bien des vivants qui la continuent» et prend fait et cause pour  la culture européenne enrichie aux sources grecques.

A cause de sa « Vie de Jésus », le pape Pie IX l’appela « le blasphémateur européen » et des manifestations hostiles se produisirent au Collège de France, qui amenèrent la suspension de son cours. Quand on prononça son nom pour un fauteuil à l’ Académie, l’évêque Dupanloup s’y opposa avec passion. La haine du parti religieux et de l’église catholique contre Renan n’a jamais désarmé ; le maréchal de Mac-Mahon refusa de le nommer officier de la Légion d’honneur. Onze ans après sa mort, on lui éleva une statue à Tréguier, son pays natal ; l’inauguration donna lieu à de telles manifestations que le gouvernement qui les avait prévues, dut prendre de grandes mesures de police pour éviter des émeutes …

Monument élevé en 1903 sur la place principale de Tréguier en l’honneur d’Ernest Renan représenté aux côtés d’Athéna.

Publicités