Entretien avec Boubaker El Hadj Amor, imam local, paru dans le journal La Nouvelle République, au sujet de la future mosquée de Poitiers

“ Une mosquée digne de ce nom doit avoir un minaret ”

> Aucune envie de choquer ou de heurter. « A l’origine, le minaret a une fonction d’appel à la prière. C’est un peu comme le clocher d’une église installé le plus haut possible pour être entendu par le maximum de personnes. Dans les pays musulmans, à une époque où la sonorisation n’existait pas, c’était pour faire monter la voix. Aujourd’hui, ne serait-ce que parce que nous n’avons aucune envie de choquer, de heurter, de montrer que l’on envahit, ou de faire réagir les plus extrémistes, le minaret ne servira que comme élément d’ornement et d’appel visuel. »

> Le minaret est un élément marquant. « Même si l’islam s’adapte à chaque pays et à son architecture, une mosquée digne de ce nom ne peut pas échapper à avoir un minaret. C’est un élément marquant. Celui de Poitiers fera 21-22 mètres, mais il comprendra une partie non visible puisque nous avons un terrain enterré de 7 à 8 mètres. En terme visuel, le minaret ne débordera pas du bâtiment d’une façon choquante ni provocante. »

> La mosquée ne sera pas un espace clos entre musulmans. « Ce que l’on espère dans un pays comme la France, c’est d’être présents dans la communauté nationale. C’est pour cela qu’il y aura aussi une bibliothèque, une salle de conférences et d’autres éléments. Tout cela dans le but de nous ouvrir sur la communauté nationale. La mosquée ne sera pas un espace clos entre musulmans. Nous espérons que, demain, chaque Poitevin aura l’envie d’aller une fois à la mosquée pour visiter, se renseigner sur l’islam ou la culture musulmane. »

tout cela à deux pas de chez moi …

un nouveau pas franchi dans l’offensive, qui ne m’inspire pas vraiment de commentaire … si ce n’est celui là :
http://www.youtube.com/watch?v=BcyKqaU5BP4&feature=related

(Assez ironiquement, est-il besoin de rappeler qu’en 1987, Philippe Randa écrivait « Poitiers demain », dont voici la quatrième de couverture :
« Après l’an 2000, la Troisième Guerre Mondiale embrase la terre. En quelques heures la France est ravagée, sa population décimée. Une fois la paix revenue, de petites communautés survivent, peureuses et désemparées dans un pays dévasté.
Ces communautés doivent se défendre contre les bêtes sauvages et, surtout, contre les bandes de pillards venues capturer des esclaves pour les marchés des grandes cités méditerranéennes où se sont installés les envahisseurs qui ont pour objectif la conquête de la France et de l’Europe.
Dans un petit village normand, un héros, Gautier, se lève pour faire face au danger. Il parviendra à force de courage et d’énergie à rassembler les dernières forces européennes et à les mobiliser contre l’ennemi venu du sud.
Pour en finir, les hommes du sud envoient une immense armée à la recherche des noyaux de résistance. Une formidable bataille va avoir lieu à Poitiers entre l’armée nouvelle que les Français ont mise sur pied et celle des envahisseurs, cinq fois plus nombreuse et mieux aguerrie. Le destin de l’Europe dépend du courage d’un petit nombre de ses fils »
.)

Publicités