druide

J’ai déjà parlé de ce forum païen que je ne fréquente pratiquement plus, qui s’est sabordé lui même

en sacrifiant une partie de ses amis de se vouloir trop tolérant face à l’ennemi… tolérance très bien pensante qui caracolait aux côtés d’une prétention incohérente à l’universalité et d’un boursouflement concomitant des égos… j’y passe parfois pourtant, y croise surtout quelques zombies qui se donnent l’illusion d’ y habiter encore en entretenant de poussifs jeux de mots ou en pondant des poèmes calamiteux et refusent de voir que les courants d’air, entre deux portes, ne s’enfilent plus que dans des grandes pièces, poussiéreuses et vides où résonne à peine, comme un écho, la mémoire des débats d’hier…au détour d’un couloir pourtant, une silhouette connue, qu’on aime ou qu’on respecte, et puis une autre, une autre encore avec lesquelles on a presque envie d’échanger des souvenirs et qui passent aussi, de temps en temps, juste au cas où… et qui, dans le silence feutré, laissent tomber des questions auxquelles on aimerait répondre … en voici quelques unes qui pourront dans les jours à venir, servir de sujets de réflexion :

Qu’ apportons nous aujourd’hui à la tradition ?

Est on relié ?

Et si oui à quoi ?

Etre Druide aujourd’hui et l’esprit chevaleresque ?

Quelles valeurs, quelle éthique, quel programme ?

Le druidisme est il une société discrète ? voire secrète ? ou une bulle vide ?

Bardisme ou chanteurs ? chant ou rythme ?

Le druidisme est il une promotion sociale pour ses membres ? Les Bardes notamment.

Le Pythagorisme dans le druidisme ?

Pourquoi pas plus de sympathisants ?

Pourquoi les saies ?