Une quinzaine de femmes catholiques, réunies au sein du « comité de la jupe », ont porté plainte contre le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris et président de la Conférence des évêques de France (CEF), pour propos sexistes.

Cette plainte, ont-elles précisé dans un communiqué diffusé mercredi, a été déposée devant le tribunal ecclésiastique de l’Officialité, le tribunal ecclésiastique du diocèse. L’Officialité, qui s’appuie sur le droit canonique, s’occupe par exemple des annulations de mariage religieux.

L’affaire remonte au 6 novembre : Mgr Vingt-Trois, interviewé à Lourdes par Radio Notre-Dame en marge de l’assemblée plénière de la CEF sur le rôle des femmes dans la célébration des offices, avait répondu : « Le plus difficile, c’est d’avoir des femmes qui soient formées. Le tout n’est pas d’avoir une jupe, c’est d’avoir quelque chose dans la tête ».

Le propos avait été relevé par Le Canard enchaîné et avait suscité des réactions outrées sur le site de la radio.

Le cardinal Vingt-Trois a répondu directement, dans un courrier dont copie a été transmise à l’AFP, à plusieurs personnes qui lui avaient fait part de leur indignation. Il a regretté « la maladresse de (son) expression » et assuré que « dans l’exercice de (sa) responsabilité », il « n’hésite jamais à appeler des femmes à des responsabilités quand elles sont en situation de les exercer ».

Le « comité de la jupe » a porté plainte devant l’Officialité en se référant à deux points précis du droit canonique : l’égale dignité des baptisés et la poursuite des fauteurs de scandale, a précisé à l’AFP Christine Pedotti, porte-parole du comité.

Elle a précisé que, pour le moment, le comité comptait « une quinzaine » de femmes. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages dont « Le livre des prières en famille » et d’une encyclopédie catholique pour les jeunes.

Il y a quelques jours, la fédération des « Réseaux du parvis » avait envoyé une lettre ouverte au cardinal Vingt-Trois, disant sa « stupéfaction » et son « indignation » : « Même sous couvert d’humour, tout mépris à l’encontre des femmes met en péril l’équilibre de la société tout entière ».

Le « comité de la jupe » souligne qu’il ne s’attend pas à un traitement rapide de sa plainte, ni à une condamnation sévère du cardinal. « On a bien conscience qu’on veut traduire le roi devant la justice du roi », plaisante Mme Pedotti.

(source : Yahoo Actualités)

jubilation

hahahahahaha …….. pour moi c’est la jubilation totale ….. quand les rombières cathos en mal de considération se mettent à bouffer du curé …

(comité de la jupe …réseaux du parvis … ça vous a un p’tit air de sociétés secrètes issues des Catacombes, je trouve …)

Publicités