Je suis tombé un peu par hasard sur un site royaliste qui s’est choisi un nom qui est aussi le titre d’un excellent roman de Roger Nimier, « les Épées » … Nimier reconnaît l’influence que Maurras et l’Action Française ont exercé sur lui …. ça ne m’autorise pas à en conclure que les royalistes ont choisi ce nom en fonction de l’auteur … et si c’est le cas, je ne sais pas trop s’ils ont fait là preuve d’humour ou s’ils n’ont tout simplement pas lu le bouquin. Quoi qu’il en soit, je ne résiste pas à l’envie d’en recopier ici les trois premiers paragraphes :

marlene-2

«Ça commence par un petit garçon plutôt blond qui laisse aller ses sentiments. Le visage de Marlène Dietrich, plein de sperme, s’étale devant lui. Sur le magazine grand ouvert, le long des jambes de l’actrice, des filets nacrés s’entrelacent comme la hongroise d’argent sur le calot d’un hussard.

Il se lève et s’approche d’un bureau. Il s’assied. Il ouvre un tiroir. Dans un carnet de blanchisseuse à couverture de molesquine noire, il cherche la bonne page. Il écrit : 22 mars 1937 : 8. Il tire une barre et additionne 8 au chiffre précédent. Puis il note : 1454 dans une troisième colonne. « Rien ne vaut une comptabilité bien à jour », dit-il à voix basse. Il écarquille les yeux et va se regarder dans la glace. On ne parle pas tout seul, à moins que d’être fou. Cependant, Larousse dit  des choses très fortes sur les résultats néfastes du plaisir solitaire. Ils appellent ça le plaisir. Salaud de Larousse.

Le visage de Marlène Dietrich, noyé dans une torpeur coupable, se gondole sur le tapis. Il ramasse le magazine et court le déchirer dans la corbeille à papiers. Puis il regarde autour de lui. Il prend une lettre de ses grands-parents, un faire-part de mariage, il les coupe avec des ciseaux et les mélange dans la corbeille. Ensuite il se penche et renifle d’un air mécontent. Il revient de la salle de bains avec de l’eau oxygénée et de l’eau de Cologne dont il renverse quelques gouttes. Il va remettre en place les bouteilles vides ».

C’est du vécu ça, et qui remue des vieux souvenirs …

Advertisements