J’adore ces branleurs qui, il y a moins de deux ans, connaissaient à peine le mot et qui se piquent aujourd’hui de vous donner des leçons de paganisme. En commençant par imposer leur définition du terme. Et voulant y voir le plus souvent une sorte de naturalisme, en faire une espèce de religion écolo qu’ils justifient par un tour de passe passe sur l’origine du mot. Païen vient de pagus qui a donné aussi paysan, alors comme le paysan travaille la terre, le paganisme serait une religion de la terre … ni vu ni connu je t’embrouille même si le raccourci est bien … court.


On se contentera bien plus de ce qu’en dit Giovanni Costa, dans son « Apologie du Paganisme »:


dscf0693

« Naturellement, ce que nous sommes convenus d’appeler paganisme n’a jamais existé en tant que phénomène historique. De l’idée informe qu’en ont les personnes même les plus cultivées, on ne tirerait que bien peu de choses de concret, à propos d’une telle expression , dénomination fausse et anachronique, qui embrasse non seulement les espaces et les temps d’époques éloignées, mais s’étend encore, dans l’usage général, aux peuples primitifs, même contemporains, étrangers aux conceptions de nos pères.

Le mot fut créé quand, par dessus la civilisation gréco-latine, parut s’affirmer le message chrétien; lorsque, en présence du culte officiel, imposé par les villes et devenu l’expression de la volonté publique, l’esprit des cultes rejetés se retira dans les bourgs (pagi) et dans les campagnes; lorsque l’ancienne foi, réprouvée et maudite, se réfugia au fond des bois et au plus profond du coeur des hommes ».

Publicités