You are currently browsing the daily archive for avril 12, 2009.

« Barbares nourris d’hellénisme, Burgondes, nous gardons une double nostalgie : celle du Nord et celle du Sud. Nous aimons d’un égal et mélancolique amour et les eaux sombres du Rhin et les eaux claires du Rhône. Notre cœur cherche   la patrie primitive, hyperboréenne, et nos yeux quêtent la patrie promise, vers la Méditerranée. Ainsi nous attirent les batons-bourgogne2hommes du Nord et les choses du Sud. C’est pourquoi nous aimons si fort le soleil et si profondément nous pensons aux choses de Germanie. Fervents de l’azur, nous sommes inconsolables des brumes. Mais nous savons unir ces contrastes : Nous faisons du soleil avec le vin et notre tristesse nous est un brouillard plus précieux et plus fort que celui des rives scandinaves. Ainsi placés sur l’axe du monde, entre la mer divine et les saintes forêts, nous portons l’inquiétude des pensées qui oscillent entre deux certitudes. Nostalgie des âmes du Nord, des mers vêtues de brumes, de la neige nue des montagnes, des sommets aux tombantes épaules de glace, des forêts humides, de la lèvre froide des étangs. Espoir du soleil méridional, de la chair blanche des rochers, de la nudité divine des mers, des vibrantes cigales, du rude torrent de la lumière. Tout à tour nous charment les mélèzes, les bouleaux, les oliviers et les pins, la neige pure et la mer éclatante. Et nous suivons avec une égale mélancolie et le Rhin brumeux et le Rhône bruissant. »

—  —  —

Johannès Thomasset (cité in Saint Loup : « les SS à la Toison d’Or « . PC)

——————————————–

je me sens bien leur frère en Europe, à ces Burgondes là, moi …

Publicités

dscf1091

« Dans l’aube dorée du 12 avril 1861, éclate le premier obus de la guerre de Sécession. De part et d’autre, on croit à une guerre courte, fraîche et joyeuse. Ce conflit durera quatre ans. Ce sera le plus sanglant de toute l’histoire américaine. Les pertes seront supérieures d’un tiers à celles des Américains durant la Seconde Guerre mondiale, 618.000 contre 407.000 pour une population sept fois moins nombreuse.

.

Détruit par la guerre et la Reconstruction, le vieux Sud se survivra dans son mythe, dans l’image d’un passé idéal projetée sur l’avenir. Ce message dans sa condamnation d’une société dominée par le seul profit et les seuls impératifs économiques, a des accents étrangement actuels.
Le Sud se survivra également dans ses enfants perdus, les grands hors-la-loi de l’Ouest, les Jesse James, Cole Younger, John W.Hardin, Bill Doolin et même les Dalton. Dénoncés au Nord comme de cruels bandits, ces anciens guérilleros confédérés, contraints de continuer la guerre pour leur compte personnel, seront chantés dans le Sud comme autant de Robin des Bois.

.

Son idéal chevaleresque se perpétuera dans le Western. Le cow-boy est un Sudiste. Il en a la fougue, l’amour de la vie libre et des grands espaces, le sens pointilleux de l’honneur, le mépris de l’hypocrisie puritaine et le respect sans borne de la femme.

.

C’est peut être le film de Griffith, « Naissance d’une nation » (1914), l’un des monuments du cinéma, qui donnera au Sud sa première revanche. De son côté toute une génération de romanciers transmettra la légende dorée du vieux Sud, que ce soit Thomas Nelson Page ou Joel Chandler Harris. Le Sud deviendra le lieu inspiré de la littérature américaine. Caldwell, Faulkner, Melville, Adams, Henry James, Pen Warren y trouveront l’aliment de leur œuvre.

.

Puis viendra en 1936 « Autant en emporte de vent » de Margaret Mitchell et son succès foudroyant aux États Unis et en Europe. Ce livre fera renaître les blanches plantations dans leur écrin de magnolias et de chèvrefeuille, les jeunes filles à crinoline, les planteurs galants et les gentilshommes saisis par l’angoisse d’un destin inexorable. Mais au-delà de l’évocation fidèle d’une époque terrible, et de la trame romanesque attachante, ce qui attire dans ce livre, c’est la nostalgie frémissante qui sourd tout au long des pages. Nostalgie d’un monde qui devait disparaître, d’un monde irrémédiablement condamné, mais auquel on ne cesse de rêver comme à un paradis perdu. Car si le Sud est mort, il continue de vivre dans le cœur des hommes généreux. »

————————–

Dominique Venner : « Le blanc soleil des vaincus ». La Table Ronde.

pour me contacter

avril 2009
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

a

Des racines et des elfes

Tigialon uscas

Blog Stats

  • 1 280 682 hits
Publicités