« Opération Ahnenerbe », aux Presses de la Cité est une merde … et son auteur, Heather Pringle, une personne malhonnête. En 4ème de couverture, on la présente comme une « spécialiste des recherches archéologiques » : on aura compris que, sous cette appellation très vague, Heather Pringle n’est rien d’autre … qu’une militante propagandiste, peu douée de surcroit : ce sont ces plumitifs prétendant « faire œuvre d’historien » qui pour effacer la Mémoire écrivent une Histoire truquée, nouvel Evangile intouchable qui consacre le triomphe des vainqueurs.

.

J’ai toujours été sidéré par le fait qu’on a systématiquement voulu présenter les principales figures du national socialisme en les réduisant à de simples tarés mégalomanes, déjà vieux, obèses ou malingres, sortes d’entités maléfiques, sortes de clowns méchants et ridicules … comme s’ il n’y avait aucun autre argumentaire possible.

.

Pourtant quand on veut aller plus loin et qu’on étend son champ de lecture, on voit en fait apparaître des êtres humains, un groupe d’hommes jeunes, patriotes, idéalistes, façonnés par les dures conditions de l’époque,  « des hommes durs dans une époque dure », humiliés par la défaite et le traité de Versailles. De ces jeunes hommes en révolte, portés par la force terrifiante de leur jeunesse et de leur désespoir, de ces Réprouvés qu’on rencontre dans les livres d’Ernst von Salomon et qui parvinrent au pouvoir, légalement, en 10 ans seulement et furent bien près de soumettre une bonne partie du monde .

.

Pour la nouvelle imagerie d’Epinal qu’on nous impose, Goering, c’est l’obèse cocaïnomane, mou, un peu lâche… alors qu’il fut un as de l’aviation pendant la première guerre, ancien commandant de la fameuse escadrille von Richthofen, décoré de l’ordre « Pour le Mérite », la plus haute distinction militaire allemande.

peinturehitler

Hitler, lui, est un peintre raté, mégalomane, piètre écrivain (alors que son Mein Kampf est beaucoup moins emmerdant qu’on veut bien le dire, en tout cas, il vaut largement nombre de livres « politiques » qui encombrent aujourd’hui les rayons des librairies). Pour compléter le personnage, on le classe dans la catégorie des freluquets hystériques . En fait, il était un loup maigre et dur, façonné par la lutte pour l’existence et par les années de guerre qu’il a menée fort honorablement : après quatre ans de guerre en première ligne, il était titulaire de la Croix de Fer de 1ère classe, distinction rare chez un homme de troupe. Et capable de suivre une rigoureuse logique qui le mènera au pouvoir absolu en moins de 10 ans.

.

Heinrich Himmler nous est généralement présenté comme un être falot et malingre : pourtant, volontaire à 17 ans, il arrive juste pour assister à la fin de la guerre, mais plus tard, avec son frère, il intègre une unité de réserve, proche des Corps Francs et lors du putsch de Munich, c’est à lui qu’on accorde l’honneur d’arborer l’étendard de la Reichskriegsflagge face aux mitrailleuses de la police . Il n’hésite pas à parcourir les campagnes sur une vieille moto pour porter la parole nationale-socialiste auprès des paysans. Et quand les SS, obligés de faire du sport, devront jusqu’à 50 ans, se soumettre à un examen de contrôle sportif annuel , il sera le premier à s’y plier.

.

Quant à Goebbels, le nabot au pied-bot, il serait malvenu de sous-estimer son courage quand on sait qu’il fit ses débuts d’orateur en1924 à Rheydt, en n’hésitant pas à aller porter la contradiction dans des réunions communistes.

.

L’auteur ne déroge pas à la règle. Elle a choisi d’utiliser un ton railleur mais son humour pèse des tonnes, tandis qu’elle se livre à des raccourcis stupéfiants (« malgré son apparence malingre, Himmler était un organisateur né ») et à un amoncellement de poncifs : « le teint jaunâtre, faible et maladroit, il souffrait d’infections pulmonaires et de maux d’estomac. Sa voix aiguë couinait sur les hautes notes et son rire, gloussement de pure forme, était déplaisant à l’oreille. Il était incapable de pratiquer la plupart des sports et se montraient si gauche qu’il apprit difficilement à rouler à bicyclette, tombant fréquemment, s’écorchant les genoux et les mains ».

Ah décidément, les peuples, armées et gouvernements qui se sont pris une branlée par ces tarés devaient être vraiment des nuls de chez nul …

.

En tout cas, on aura compris que Heather Pringle à elle seule est un concentré de tous les préjugés, les mensonges, les dénis, la haine aveugle …Pour donner un exemple supplémentaire, outre le fait qu’elle s’obstine à prénommer Oswald Spengler, Oscar (!!!), l’argument qu’elle invoque pour réfuter l’image que se fait Himmler de l’Aryen originel est qu’il s’appuie sur le témoignage de Tacite (« de Germania ») qui serait éminemment suspect du fait qu’« il avait mené ses recherches dans le confort de sa maison de Rome ». On le voit, c’est là l’argument de quelqu’un qui veut faire œuvre d’historien et c’est proprement imparable …

Paradoxalement, elle parle d’hommes de science et d’universitaires qui ne rechignent pas « à déformer la vérité pour l’adapter aux réalités politiques du Reich » alors qu’il apparaît clairement qu’elle a choisi elle même comme méthode de déformer systématiquement les faits et les pensées (donc la vérité de l’époque) pour les adapter à ses convictions et interprétations personnelles..

.

Avec ce bouquin, j’espérais en apprendre un peu plus sur l’Ahnenerbe (« Héritage des ancêtres, Société pour l’étude de l’histoire des idées »), fondé en 1933 et rattaché à la SS en 1935 auquel avait été assignée la mission de « rechercher l’espace, l’esprit, les actes et l’héritage de la race nordique indo-germanique, et communiquer au peuple les résultats de ces recherches sous une forme intéressante ». Trois directions de recherches principales : l’héritage proprement dit, l’espace et l’esprit. Ainsi donc la préhistoire faisait bon ménage avec la géopolitique et avec la philosophie.

ahnenerbe2

Himmler envoya des membres de l’Ahnenerbe dans huit expéditions ou voyages de recherches à l’étranger avant la guerre.

Ainsi Herman Wirth, un néerlandais, historien des anciennes religions et des symboles alla en Suède déchiffrer les pierres gravées du Bohuslän qu’il pensait être le plus ancien système de caractères au monde : une écriture aryenne perdue.

Yrjö von Grönhagen, jeune aristocrate finlandais passionné par le Kalevala parcourut les recoins de l’est de la Finlande pour étudier la sorcellerie de la Carélie et filmer des rites magiques, chants, incantations qu’il pensait être des rituels aryens transmis à travers les siècles..

L’historien de l’Antiquité Franz Altheim et sa collaboratrice et maîtresse, la photographe Erika Trautmann se rendirent d’abord en Croatie et en Serbie puis en Irak pour étudier la présence d’Aryens blonds dans l’Empire romain et la probabilité d’une migration nordique notamment suggérée par la similitude des gravures de Val Camonica avec d’autres gravures de l’âge du bronze étudiées en Suède.

Le préhistorien néerlandais Assien Bohmers, géologue et archéologue chercha des indices sur les origines d’un culte d’origine aryenne dans les grottes du sud de la France en soutenant que l’homme de Cro-Magnon venait tout droit de la toundra désolée de l’Allemagne de l’ère glaciaire.

Ernst Schäfer et Bruno Beger allèrent jusqu’au Tibet pour découvrir des preuves de la conquête de l’Himalaya par les Aryens, sur les pas de la race des « seigneurs aux cheveux dorés ».

Enfin, l’archéologue Herbert Jankuhn et une petite équipe cherchèrent après l’opération Barberousse en 1941, les traces d’un ancien empire germanique en Crimée.

.

Une fois répertoriée chacune des expéditions, on a droit à une déformation systématique, alourdie d’une raillerie qui se veut intelligente, comme je le disais plus haut, de toutes les hypothèses émises à l’origine de la genèse de l’Ahnenerbe et pour ce qui est d’en apprendre un peu plus, on en est vite pour ses frais … il faudra que je cherche ailleurs …

Publicités