Après l’échec du soulèvement des Pâques sanglantes en 1916, la férocité de la répression en Irlande favorise un courant de sympathie pour les insurgés. En 1919, les élections sont favorables au Sinn Fein, dirigé depuis les Etats Unis par Eamon de Valera, qui constitue alors un gouvernement parallèle.
Sous la direction du jeune Michaël Collins (30 ans), l’IRA, l’armée républicaine, dispose de 15 à 20.000 hommes, pour la plupart des paysans qui travaillent le jour et se mobilisent le soir. Le fer de lance est constitué par des colonnes volantes de Volontaires, fortes d’une trentaine d’hommes.
IRA flying-column
L’insurrection est déclenchée le 21 juin 1919 par l’attaque d’un convoi de munitions.
Pour y faire face, le gouvernement britannique constitue sur une proposition de Churchill deux forces spéciales : les «Black and Tans» qui se signaleront vite par leurs exactions (ils sont 16.000 au total), et les Auxiliaires (ou Auxies) qui les encadrent.
C’est une véritable guérilla que mènent les volontaires de l’IRA pour l’indépendance et l’identité jusqu’à l’ouverture en 1921 des négociations dont sortira le traité anglo-irlandais du 6 décembre 1921.
Alors que les six comtés d’Irlande du Nord (Ulster) restent au sein du Royaume-Uni, les Britanniques évacuent l’Irlande du Sud au cours du 1er semestre 1922, et la constitution de l’État libre d’Irlande est établie en décembre 1922.

Une partie des irlandais ne se contenteront pas de cette solution et la guerre d’indépendance sera suivie d’une cruelle guerre civile …

—————-



——————————————————————

Publicités