yann-fouere-dans-sa-maison-devran-mars-1990

Yann Fouéré, né le 26 juillet 1910, est une des têtes pensantes du régionalisme breton, qu’il a contribué à remettre sur les rails après la guerre, et un fédéraliste européen.

Il exerça des responsabilités au sein du mouvement breton dès sa jeunesse.

En 1941, il fond et dirige le quotidien La Bretagne qui développe un point de vue régionaliste opposé au séparatisme du Parti national breton, sans contester la légitimité de Vichy . Dans l’éditorial du premier numéro il affirme : « Il n’y a pas chez nous de haine de la France. Trop d’épreuves, trop de jours de deuils et de joies vécues en commun ont forgé notre union pour que, malgré des dissentiments passagers ou des rancœurs légitimes, nous pensions à la rompre. On peut être bon Breton sans négliger du même coup d’être bon Français ».

De 1942 à 1945, il est directeur politique de La Dépêche de Brest et membre, puis secrétaire général du Comité consultatif de Bretagne auprès du préfet de région.

Arrêté en1944 et jeté en prison sous l’inculpation de collaboration, il est remis en liberté provisoire un an plus tard mais devant la fureur de ses ennemis. il préfère fausser compagnie à ses juges et se réfugie au Pays de Galles, puis en Irlande . En 1946, il est condamné aux travaux forcés à perpétuité par contumace et à la dégradation nationale. En 1955, à la suite d’un changement de compétence des juridictions, il rentre en France et demande réparation. Un tribunal militaire révise son procès et l’acquitte purement et simplement. Yann Fouéré n’est pourtant pas au bout de ses peines et on ne lui épargne aucune tracasserie . En 1969, accusé d’être le véritable chef du Front de libération de la Bretagne (FLB) on perquisitionne chez lui, sans résultats. En 1971, il se voit refuser le renouvellement de son passeport sous le prétexte que l’octroi d’un passeport n’est pas une obligation, mais une libéralité gracieuse de l’administration. Un peu plus tard, on fait pression sur la Commission européenne pour amener celle-ci à lui interdire de prendre la parole à un colloque de l’Union fédéraliste européenne à Bruxelles.

Yann Fouéré est un des animateurs du Mouvement pour l’organisation de la Bretagne (MOB), créé en 1957,

En 1961, il fonde sur l’Ile de Rhos au Pays de Galles, la Celtic League (Ligue celtique), mouvement visant à fédérer les différents partis nationalistes des régions. Par la suite, il sera co-fondateur avec Guy Héraud du Parti fédéraliste européen de France, et un des animateurs de l’Union fédéraliste des communautés ethniques européennes.

Dans les années 1970, il anime le parti Strollad ar vro. En 1975, il est arrêté pour les attentats du FLB-ARB. Il est libéré en décembre 1976. De 1982 à 2005 il est actif au POBL (Parti pour l’organisation d’une Bretagne libre) Il lance finalement la Fondation Yann Fouéré : http://www.fondationyannfouere.org/

L’Europe aux cent drapeaux

L’ouvrage de Yann Fouéré ayant eu le plus d’influence est L’Europe aux Cent Drapeaux. Il s’agit d’un essai politique préconisant l’organisation de l’Europe sur une base fédérale, fédération basée non plus sur les États-nations historiques qui auraient atteint leur apogée au XIXe siècle avant d’outrepasser au siècle suivant leur rôle, leurs pouvoirs et leur utilité, mais sur les communautés humaines fondamentales que sont les régions et les « nations vraies » de notre continent. Cet ouvrage a profondément marqué la pensée fédéraliste européenne et sert de base commune à la philosophie politique fondamentale des mouvements de contestation et de libération qui agitent les régions et les peuples de l’Europe à la recherche de leur identité. Il a conduit, plus récemment, à la création à Bruxelles du Bureau permanent des nations européennes sans État. On doit noter aussi l’influence de ce livre sur toute une partie de la mouvance identitaire française.

On est très fier d’honorer Yann Fouéré qui, après une vie tellement bien remplie, fête aujourd’hui ses 99 ans.

Publicités