Je n’ai rien à voir avec ces porcs qui balancent n’importe où leurs déchets, leurs résidus et leurs restes de Mac Do ou autres (même leurs merdes parfois ..si, si…), à quelques mètres d’une poubelle de préférence, ou que ça ne gène pas d’abandonner une canette cassée sur le trottoir ou au milieu de la rue… je n’ai rien à voir avec ces petites putes vulgaires, même si parfois jolies, qui gloussent et se trémoussent sur les sièges arrière des bus, en passant des langues à des branleurs colorés, crépus sous la casquette de travers, entre-jambes aux mollets, caricatures plus vraies que nature … je n’ai rien à voir avec ces cloportes qui crachent par terre comme s’ils étaient des footeux (on a les héros qu’on mérite) ou se croyaient sur les trottoirs de Bal El Oued … je n’ai rien à voir avec ces camionneurs qui pissent sans s’arrêter dans des bouteilles en plastique et les balancent par la fenêtre de leur bahut pour gagner du temps … je n’ai rien à voir avec ces connards qui font remonter régulièrement les sondages en faveur des petits marquis qui nous gouvernent … je n’ai rien à voir avec ces masos criminels qui veulent nous imposer métissage, égalité, et mondialisme … je n’ai rien à voir avec ces cul-bénits, tradis ou non peu importe puisqu’ils ont le même patron et cotisent à la même caisse de retraite… je n’ai rien à voir avec ceux qui disent «avoir honte de leur pays » et qui s’éclatent sur du rap, fut-il celui de Goldofaf… je n’ai rien à voir avec ces « chefs » d’industrie qui importent de la main d’oeuvre à bon marché et qui vont planquer leur fric en Suisse… je n’ai rien à voir avec ces humanistes à la sensibilité de gôche, droitsdelhomistes et complices objectifs des négriers précédents, enculés et contents de l’être…en redemandant même …

…en fait je n’ai pas grand chose à voir avec grand monde …

On dit que le sens moderne de « nation » est assez proche de celui de « peuple ». Tous ces gens là dont je cause ne sont pas de mon peuple …trop acharnément cons pour vivre, comme dit Céline, ils peuvent crever je ne lèverai pas le petit doigt. Ils me font gerber. Trop heureux d’être ce qu’ils sont…On les dit en danger de disparaître par substitution de population … mais ils sont déjà morts, colonisés et contents, collabos et cocus … qu’ils soient encore « blancs » ne change rien à l’affaire, y a longtemps qu’ils ne le sont plus à l’intérieur…

Je n’aime pas mon prochain comme moi même, pas plus que je n’aime tous ceux qui se disent de mon peuple … y en a même un bon paquet, on l’a vu, que je laisserais crever sans état d’âme. En revanche, j’aime les membres de mon Clan, suffit de les reconnaître et pour eux, avec eux, oui, je serais sans doute capable de me battre et de mourir … Mais ils ne sont pas nombreux, quelques dizaines (centaines ?) tout au plus. Individualisme communautaire comme dit Stéphane …

DSCF1506

Les paysages sont plus nombreux, les « paysages de souche » qui me touchent profondément et me tirent facilement des larmes… pour eux, oui, je mourrais …

…prend ton fusil Grégoire … c’est le sang gaulois qui coule, c’est le sang gaulois …car le diable marche avec nous…

…Les paysages ne mentent pas. Ils sont le chaudron, ils ont façonné les traits physiques, la personnalité et l’âme de ceux qui y vivent… les paysages, c’est la chaîne ininterrompue des Ancêtres qui ont foulé le sol que je foule à mon tour… et le sol lui même est fait de leur chair et de leurs os … Les paysages de souche, oui, c’est encore pour eux que je me battrais le plus volontiers…

——————————————————————————————————————

Publicités