« Nous avons accompli la synthèse de l’action et de la liberté, du dynamisme et du libre arbitre. Notre mouvement, dans son essence et dans son caractère, n’est pas statique, mais dynamique. C’est un organisme qui croit et se développe sans cesse surmontant le passé, et transcendant même ses propres précisions. Car il tend vers des formules toujours plus hautes. Notre idée ne se pétrifiera jamais. Car elle ne dépend pas d’une génération déterminée, pas plus que du passé récent, avec ses échecs et ses accomplissements. Mais elle est liée à l’histoire toute entière de l’Europe, à son avenir, à l’élan vital des Européens. »

Oswald Mosley

Oswald Mosley est né le 16 novembre 1896, dans une famille de la gentry britannique. Défendant la cause des anciens combattants et des ouvriers d’usine il est d’abord député conservateur. Puis, déçu, il rejoint le parti travailliste qu’il quitte à son tour quand celui ci refuse son programme de cinq ans pour protéger l’industrie nationale de la concurrence des pays à bas salaires dans lequel il demandait la modernisation de l’industrie textile britannique (quasiment abandonnée et « délocalisée » en Inde), le contrôle des banques afin quelles soient obligées de financer les entreprises britanniques, d’importants travaux publics, l’arrêt des investissements britanniques à l’étranger et, enfin, une augmentation des indemnités de chômage et un abaissement de l’âge de la retraite. Il crée alors le Parti Nouveau puis, après un voyage à Rome où il rencontre Mussolini, le 1er octobre 1932, il fonde l’Union des fascistes britanniques (British union of fascists/BUF) . Aux élections municipales de l’agglomération de Londres, le 6 mars 1937, les listes de la BUF obtiennent 23% pour les meilleures et 14% pour les moins bonnes.

L’approche de la guerre voit Mosley et ses partisans devenir de farouches pacifistes et se lancer avec toute leur force dans une campagne pour la paix. Cela, même après la déclaration de guerre: Mosley et 80 cadres de la BUF sont alors emprisonnés – ils ne seront jamais jugés et resteront détenus pendant 4 ans sans qu’aucune inculpation leur soit formulée.

Après la Seconde Guerre mondiale, Oswald Mosley réapparait et se fait l’apôtre de la Grande Europe (son seul livre publié en français porte comme titre La nation Europe), ce qui l’amena à travailler d’abord avec Francis Parker Yockey (le fondateur du premier Front européen de Libération ), puis avec Jean Thiriart avec lequel il fonda en mars 1962 le Parti national européen.

Mosley mourut près de Paris le 3 décembre 1980, à l’âge de 84 ans. Il est enterré à Orsay (Essonne).

———————————————————————————–

Publicités