Belle rogne en effet, à cause de ces deux apprentis ayatollahs, Dany le Rouge-de-honte et Miller-la-hyène…

D’abord, je suis tombé plus ou moins par hasard sur une vidéo youtube où Daniel Cohn Bendit « débattait » avec Oskar Freysinger sur le vote des Suisses contre les minarets… bon je vous passe le mépris souverain que cette bonne conscience de gôche affiche vis à vis du peuple et de ses choix en recourant à cette bonne vieille réductio ad Hitlerum, je vous passe le mépris souverain qu’il affichait vis à vis de son interlocuteur, l’appelant « mon chéri » avec une condescendance gluante … tout juste si on ne s’attendait pas à ce qu’il lui dise d’un ton badin qu’il niquait sa mère … mais ce que j’ai du mal à vous passer c’est son étonnement sidérant quand son vis à vis a du lui préciser qu’en démocratie, on ne faisait pas revoter des gens qui se sont déjà prononcés « contre » jusqu’à ce qu’ils votent « pour » … « c’est pas comme ça que ça se passe » qu’il opposait… « ah bon, et pourquoi ? » demandait le vieux bobo-gaucho-libéral, véritablement estomaqué … à l’ entendre ou devinait le vide abyssal de son incompréhension… ces gens là ont tellement peu eu de contradicteurs sur le simple plan du bon sens qu’ils ne comprennent pas qu’on puisse ne pas accepter leurs diktats : « t’as voté contre et ça m’emmerde, alors je vais t’obliger à voter pour »…Il ne comprend pas plus quand on lui parle du fossé qui sépare les « élites » (qui prétendent détenir la vérité et dont il fait partie) du peuple … Les dieux savent si, fut un temps, je n’ai pas éprouvé que de l’animosité contre DCB , quand il était encore un joyeux trublion, mais ce qu’il faut retenir de ça aujourd’hui, c’est qu’il n’est plus maintenant qu’un vieux con… un peu triste, non ?… comme le dit Freysinger ce n’est plus Dany le Rouge, mais ce devrait être Dany le rouge de honte …

Bon allez, l’ autre rogne en vitesse … Cette fois c’est Gérard Miller, autre bobo,  l’objet de ma vindicte .. le Miller avec sa tronche suante de haine, les traits crispés, qui insulte Marc-Edouard Nabe, et qui insulte par la même occasion Fabrice Luchini, Céline et Rebatet, qu’il confond d’ailleurs avec Brasillach puisqu’il lui prête la phrase célèbre « il faut pas seulement les déporter il faut aussi emmener les petits ». Ce qui est une citation inexacte, tronquée et sortie de son contexte (méthode récurrente appliquée  par ce genre de personnages…) à qui l’on fait dire à peu près le contraire de ce qu’écrivait réellement Brasillach (et non pas Rebatet). Il écrivait en effet : « l’archevêque » de Toulouse proteste contre les mesures prises envers les juifs (…) il parle de brutalités et de séparations que nous sommes tout prêts à ne pas approuver, car il faut se séparer des juifs en bloc et ne pas garder les petits, l’humanité est ici d’accord avec la sagesse …» Donc, à une époque où l’on ne savait pas ce qui se passait dans les camps, Brasillach, alors qu’on lui prête une démarche inverse, suivait une logique humanitaire : ne pas séparer les enfants des parents … Malhonnête jusqu’au bout, Miller-la-hyène parle de Rebatet « qui a été fusillé à la Libération ou en tout cas qui le méritait ». Là encore il se plante car Rebatet n’a pas été fusillé (c’est Brasillach…) et s’il « le méritait » en raison des articles qu’il a écrit dans Je Suis Partout, Miller nous donne là une drôle de leçon d’humanité qui réclame la peine de mort pour expression de ses idées…en complète contradiction avec la déclaration des droits de l’homme, dont il se fait habituellement le chantre auto-proclamé et qui stipule : « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience … »

——————————————————————————–

Publicités