Le 5 juillet 1944 : Françoise Pénicaut, 26 ans, est abattue sans jugement à Exideuil (Charente) par un groupe de « résistants » se réclamant du « maquis Bernard ». Les FTP l’avait interpellée la veille, à la sortie de la cérémonie de son mariage. Le marié avait été « invité » à suivre son épouse au lieu de détention, le château de Pressac … où ils passèrent leur « nuit de noces ». Le lendemain la jeune femme, qui n’avait eu comme seul tort que de s’inscrire à la Milice avant d’en démissionner en 1943, fut fusillée dans sa robe de mariée. Les FTP consommèrent le repas qui avait été préparé pour le mariage … Les mêmes ordures procéderont entre le 15 juin et le 11 août à 72 autres exécutions sommaires, dont celles de 14 femmes.

Le 5 juillet 1962 : Massacres d’Oran. Deux jours après la proclamation officielle de l’indépendance de l’Algérie, une manifestation est organisée à Oran par le Front de Libération Nationale (FLN) signataire des accords d’Évian . En fin de matinée, et alors que la manifestation se déroulait dans le centre-ville, de nombreux Européens, hommes, femmes, enfants de tous âges, furent pris à partie, lynchés et massacrés dans les rues, lieux et édifices publics où ils s’étaient réfugiés. D’autres, par centaines, furent pris en chasse et enlevés, souvent même à leur domicile ; la majorité de ces derniers demeurent, à ce jour, portés disparus. De leur côté, se conformant aux ordres reçus de Paris, les nombreuses troupes françaises encore stationnées à Oran n’intervinrent pas. Seuls quelques rares officiers prirent courageusement, à titre individuel, la responsabilité de contrevenir aux instructions … mais c’est devant ces ordures, auteurs des massacres, que nos pitoyables dirigeants aujourd’hui, font la queue pour se repentir …

—————————————————————————————

Publicités