« Samhain ouvre la période sombre de l’année et annonce les nuits les plus longues. Alors les prés verdoyants brunissent et dans les bois chênes et hêtres perdent leurs feuilles. Avec Samhain commence le temps du gel et du feu de bois. C’est, dans une civilisation rurale, une date repère : les troupeaux abandonnent leurs pâturages d’été et sont conduits à l’étable; le foin destiné à les nourrir est entassé; les animaux destinés à la table sont tués (…)
Sur Samhain plane l’ombre de Morrigann (la « Reine fantôme »), furie des champs de bataille, dont le pouvoir d’enchantement peut provoquer brumes, nuages noirs, averses de feu et de sang. Apparaissant souvent sous la forme d’un corbeau, elle est forte protectrice de son peuple, déesse de la terre et de la fertilité (…)
Samhain est le jour où le monde des vivants et celui des morts se rencontrent (…) C’est pourquoi la visite des aïeux, quittant pour l’occasion leur tombe, n’était pas perçue comme inquiétante : l’Armée du Sid qui revient sur terre pour visiter les humains, à Samhain, était désignée dans l’ancienne Irlande, par le terme « les habitants de l’Autre Monde », cette appellation étant appliquée, selon les textes, aux anciens dieux, aux fées ou aux morts (…) Un clin d’œil donc, à ceux qui nous ont précédés, pour leur dire qu’on est content de les retrouver à l’occasion de Samhain. »

Pierre Vial, Fêtes païennes des quatre saisons.

Voir aussi : https://lecheminsouslesbuis.wordpress.com/2009/10/28/samonios-bonne-chair-et-banquet/

—————————————————————————————————————————-

Advertisements