You are currently browsing the daily archive for novembre 8, 2010.

Le putsch de la Brasserie, ou putsch de Munich, fut une tentative de prise du pouvoir par la force en Bavière menée par Adolf Hitler, dirigeant du Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP), dans la soirée du 8 novembre 1923.Le 9 novembre , il est clair que les forces armées et la police sont restées loyales au régime légal. Pourtant, en fin de matinée, Hitler et Ludendorff rassemblent 3 000 putschistes: les manifestants s’avancent à douze de front. Dans des circonstances  confuses un échange de coups de feu éclate. On relève quatre victimes parmi les policiers et seize morts chez les manifestants, Hitler lui même, a eu l’épaule démise.  C’est de cet épisode que naît le mythe du Blutfahne, drapeau  taché par le sang d’Ulrich Graf un des gardes du corps de Hitler qui fut blessé en se jetant  devant lui pour lui éviter d’être frappé par les balles. On dit aussi que le drapeau fut taché du sang de trois SA  tués lors de la manifestation : Andreas Bauriedl, Anton Hechenberger et Lorenz Ritter von Stransky-Griffenfeld. Hitler et plusieurs de ses compagnons sont arrêtés peu après. Leur procès s’ouvre le 26 février 1924. Condamné à cinq ans de forteresse, il profitera de sa détention pour écrire Mein Kampf.
Ce putsch devint l’un des mythes fondateurs du régime national-socialiste, qui organisa sa commémoration annuelle et érigea le Blutfahne au rang de symbole.

——————————————————————————————-

Publicités

8 novembre 392 : interdiction par Théodose de tous les cultes païens et suppression de la liberté de pensée. Le souverain chrétien ordonne la fermeture et la destruction de tous les temples. Toute pratique non chrétienne est désormais passible de la peine capitale.

« Depuis l’adolescence, son choix était clair entre le Soleil et la Croix et tous les 8 novembre, il commémorait l’interdiction du culte traditionnel par un sacrifice de vin, de fleurs et d’encens. Cette loi scélérate, dictée par une religion qui se prétendait celle de l’Amour, prohibait sous peine de mort, le simple fait de lever les yeux sur les statues des Dieux. Par ses recherches, le jeune érudit savait que les lettrés constituèrent avec les paysans -les fameux pagani– les ultimes bataillons d’un paganisme forcé à une périlleuse clandestinité ou à l’exil chez les barbares. »
Christopher Gérard, Le Songe d’Empédocle.

—————————————————————————————————

pour me contacter

novembre 2010
L M M J V S D
« Oct   Déc »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

a

Des racines et des elfes

Tigialon uscas

Blog Stats

  • 1 280 709 hits
Publicités