6 janvier. Fête des Rois (les saturnales de Rome élisaient le roi du festin au moyen d’une fève.)

8 janvier : fête des Matres, ou matrones divinités de la fertilité et de la fécondité, objet d’un culte chez les Celtes romanisés et les Germains au contact de l’Empire romain. C’est aussi le « jour de la sage-femme », de « Freya », ou encore « de la Vieille ».

9 janvier . Première Agonalia. dédiée à Janus, le dieu aux deux visages et Agonio que les romains invoquaient avant d’entreprendre une négociation de quelque importance.Le premier prêtre de la cité, le Rex Sacrorum ou Sacrificulus, immolait alors un bélier au sanctuaire de la Regia. Il ouvrait ainsi tous les sacrifices de l’année nouvelle

11 et 15 janvier. Carmentalia. On fête la déesse des oracles, la déesse des incantations donc celle qui préside aux formules magiques employées par les généraux romains pour la prise des villes ennemies. On honore aussi en Carmentis la divinité qui favorise un bon accouchement, en lui associant deux autres divinités: Porrima: tournée vers l’avant, Postverta, tournée vers l’arrière, selon la position de l’enfant lors de l’accouchement: pieds ou tête en avant. c’est ce dernier aspect qui finit par l’emporter.

11 au 15 janvier. Compitalia. Fête en l’honneur des dieux Lares et des carrefours. Elle marquait la fin de l’année agricole.

15 janvier : Thai Pongal (indienne) C’est une fête des moissons. Du riz cuit au lait et des fruits sont offerts aux dieux pour leur rendre grâces et pour s’assurer de bonnes récoltes. Les maisons sont entièrement nettoyées et décorées, les animaux de la ferme bichonnés et les visiteurs sont reçus avec un repas de fête.

17 janvier. (nordique). Fête du Chariot. Célèbre le début des Moissons. Certains l’identifient à la Grande Ourse et la relient ainsi à Thulé, l’Hyperborée.

20 janvier : Thai Poosam (indienne) Cette fête est consacrée à Kartikeya (Skanda – Muruga qui signifie « semence », le frère de Ganesh). A cette occasion, des tranchées de charbons ardents sont creusées près des temples pour « la marche sur le feu ».

entre le 24 et le 26 janvier. Première partie des Sementivae: fête des semences. En fait, il s’agit de protéger les tendres pousses qui pointent en Janvier, prouvant la réussite des semailles; on invoquait donc Tellus(nom de la terre nourricière) et Ceres, incarnation de sa force productive. Selon Ovide, on purifie le bourg, on offre les gâteaux de sacrifice annuels sur les foyers du bourg. On offre à Tellus et Céres des grains et les entrailles d’une truie pleine pour que ces deux déesses protègent le blé contre toute attaque naturelle.

31 janvier : Thorrablot (islandais), veille d’Imbolc. Repas où les participants tiennent des discours et récitent des poèmes pour honorer le dieu nordique Thor.

————————————————————————————————–

 

 

Publicités