Il y a quelques années, Nicolas Sarkozy a dit vouloir compléter le préambule de la constitution «pour garantir l’égalité de l’homme et de la femme, pour assurer le respect de la diversité et ses moyens, pour rendre possibles de véritables politiques d’intégration et pour répondre aux défis de la bioéthique».Il avait confié à Simone Veil (le choix veut tout dire) la présidence de la commission chargée de rédiger un projet de texte dans ce sens, en précisant : «Il s’agit que sur les problèmes philosophiques, moraux, éthiques posés par la modernité, notre Constitution soit en avance sur notre temps et non pas en retard».

A cette « volonté », j’opposerai celle-ci :

« Car si la politique c’est de l’histoire en train de s’écrire, et l’histoire elle même la description de la lutte des hommes et des peuples pour la survie et la reproduction, alors, la politique n’est en vérité que l’application de la lutte pour la survie d’un peuple ».

La citation est d’Adolf Hitler … et ce n’est pas de ma faute si la première est d’une nullité crasse à la syntaxe hasardeuse, qui brasse du vent dans de grandes envolées gonflées ne voulant au demeurant pas dire grand chose , à l’image de son auteur et de sa vision, courte, du monde tandis que dans l’autre on sent le souffle de la vision grandiose, cette exigence du grand et du beau, qui animait son auteur…

—————————————————————————————

Publicités