« Après la seconde guerre mondiale les choses empirèrent sans cesse. Le cheval de Troie de la destruction progressive de la liberté fut l’antifascisme qui véhicula un terrorisme intellectuel bientôt conforté par des lois scélérates dignes de Torquemada.

Les plumitifs qui nous dénoncent tentent de tuer par le ridicule la thèse du complot. Alors je vais être précis : il n’y a pas de complot de la Trilatérale, du Bilderberg, du sionisme ou de la franc-maçonnerie sous forme de réunions secrètes en des lieux secrets. Mais il y a cent fois pire : il y a la collusion spontanée de tous les ennemis de la liberté contre les hommes libres. Que veut le grand capital ? Des producteurs-consommateurs interchangeables et totalement manipulables par la publicité. Cela nécessite la dissolution des identités raciales, culturelles, professionnelles et même religieuses. Que veulent les têtes religieuses de la chrétienté, de l’islam ? Que veulent les partis ? Des moutons qui ne discutent pas et ne protestent que lorsqu’on leur dit de protester. Le vrai complot est là et nous ne sommes pas les premiers à donner l’alerte. Dans le Meilleur des mondes, Aldous Huxley l’a fait avant nous.

Ce « complot », dont la maffia est un terrible exemple, est composé de gens qui ne se parlent que par allusions et se comprennent pourtant parfaitement parce que leurs buts pervers sont identiques : réduire les hommes à la condition de moutons. L’antiracisme c’est cela : la volonté de détruire par mélange racial et désarroi culturel les peuples capables de donner des Galilée, Luther, Érasme, Voltaire, Nietzsche et semblables. Derrière le masque généreux de l’antiracisme, c’est la destruction de l’homme libre qui avance. Le jour où les Européens travailleront au même prix que les Thaïlandais, les choses deviendront bougrement commode pour les employeurs. Et nous serons tous des moutons du Christ. »

Robert Dun, Une vie de combat. Crève-Tabous.

———————————————————————————————————

Publicités