« Le Mossad ne se compose que de 30 à 35 officiers, ou katsa, répartis sur tout le globe. L’explication de ce nombre incroyablement bas repose sur le fait que, à la différence des autres pays, Israël peut recruter, parmi la communauté juive internationale, des cadres dévoués, aux postes clefs. Israël dispose ainsi d’un réseau d’auxiliaires volontaires juifs, les sayanim, unique au monde. »

Claire Hoy/Victor Ostrovsky, Mossad, un agent des services secrets israéliens parle. Pocket.


Dans un entretien, Jacob Cohen qui est l’auteur du livre Le Printemps des Sayanim (L’Harmattan), affirme de son côté qu’« en France ils seraient près de 3000. Ostrovsky, ex-agent du Mossad, estime leur nombre à 3000 rien qu’à Londres. On peut imaginer leur importance aux Etats-Unis. Mais le « réservoir » est infini. Si on associe le Bnai Brit (franc-maçonnerie juive internationale), la WIZO (organisation internationale des femmes sionistes), les organisations judéo-sionistes nationales, comme l’UPJF, l’UEJF, le CRIF… en France, ainsi que les sympathisants, on arrive facilement au chiffre de un million de juifs prêts à travailler pour le Mossad.», implantés dans tous les secteurs de la société : politique, parlementaire, économique, financier, universitaire, médiatique, artistique, touristique, franc-maçon, etc.

—————————————————————————————————–

Publicités