« Un vieux dicton populaire dit que « seul ce qui est sale a besoin de se cacher ». Les ploutocrates qui ont mis en coupe réglée la planète entière le savent mieux que quiconque, eux qui se réunissent pour décider de l’avenir des peuples à l’abri des regards indiscrets. Et qui ont durant de très longues années pu compter sur la presse qui leur appartient pour cacher la mise en place progressive mais minutieuse de leur plan visant à aboutir à la création d’un gouvernement mondial.

 

Théorie du complot

Ceux qui s’opposent à leurs méfaits étant depuis quelques années raillés comme des obsédés du complot. Pour nous, il n’y a pas de « grand complot ». Il y a d’abord un enchevêtrement de réseaux, parfois concurrents, mais qui tous concourent. au mondialisme planétaire Des complots s’inscrivent dans l’histoire du mondialisme tout bonnement quand ils permettent de faire bouger rapidement les pions et créer des lignes de fractures sur la scène politique et économique mondiale. L’exemple des attentats du 11 septembre en sont la quintessence puisqu’ils ont permis aux oligarques américains de prendre pied au Moyen-Orient et de servir de révolution de palais à la Maison Blanche en faisant accéder au pouvoir les néoconservateurs ultra-sionistes.

 

Une convergence des réseaux et de l’idéologie

Si l’on passe en revue tous ces organismes promoteurs et bénéficiaires du mondialisme, on reste confondu devant leur puissance économique et financière. Certains échos laissent apparaître qu’ils possèdent et gèrent près de 90% de la richesse planétaire : banques, sociétés d’assurances, multinationales, laboratoires pharmaceutiques… dont les grands patrons siègent dans nombre d’organismes tels que le groupe Bilderberg, la Trilatérale, le CFR, instances au sein desquelles ils choisissent leurs serviteurs politiques qu’ils placent à la tête des nations pour mettre en application leur politique d’esclavage planétaire. Par ailleurs, on retrouve nombre de ces personnages au sein d’instances telles que le FMI ou de la funeste Réserve Fédérale (FED) américaine.

 

Le soubassement du mondialisme

A l’origine du mondialisme, on trouve une conception née il y a plusieurs milliers d’années dans les prophéties et les eschatologies juives. Ceux qui en douteraient doivent lire les écrits d’un Jacques Attali voire les discours récents du Grand Rabin Bernheim (cosignés avec Alain Finkielkraut). Qu’y découvre-t-on ? Ce que nous écrivons depuis des années sous les menaces, les insultes et les procès : le mondialisme n’est que la traduction politique et économique des prophéties, une promesse faite à un « peuple divin » de s’arroger le droit de diriger le sort de la planète entière.

 

Les placer sous les projecteurs

Aux côtés des peuples du monde entier, nous devons tenter une véritable guerre de libération des griffes oligarchiques dans lesquelles nous sommes peu à peu broyés. Pour ce faire, notre premier travail est de les dénoncer sans relâche, de les mettre là où ils détestent se trouver, c’est à dire sous les projecteurs, les traquer lors de leurs réunions : diners du Siècle, forum de Davos, réunions du G20 et du Bilderberg… les identitaires révolutionnaires européens doivent reprendre l’offensive sur ce champ, ne pas le laisser aux internationalistes immigrationnistes de l’extrême-gauche, finalement complice objective du grand capital apatride. Pour une union totale du monde ouvrier et des classes moyennes pour la grande révolution identitaire et sociale ! »

 

Réfléchir & Agir, n°38- Été 2011

—————————————————————————————————-

 

Publicités