La ville de Daphné dut son développement au temple d’Apollon Citharède (« joueur de cythare »), et son abandon à l’installation du christianisme.

Selon la légende, Daphné était une nymphe d’une très grande beauté . Alors qu’Apollon, qui en était tombé amoureux la poursuivait, celle-ci, épuisée, demanda à son père, le dieu fleuve Pénée, de lui venir en aide : celui-ci métamorphosa sa fille en laurier-rose. Apollon, toujours amoureux d’elle, en fit alors son arbre, et le consacra aux triomphes, aux chants et aux poèmes.

On ne sait pas exactement quand fut construit le premier sanctuaire, mais Séleucos Ier fit élever un temple contenant la célèbre statue d’Apollon, sculptée par Bryaxis, et qui devint rapidement connu dans toute l’Asie Mineure et le Proche Orient, trois siècles avant notre ère.

La ville se développa rapidement aussi, et abritait plusieurs temples dédiés à Aphrodite, Isis, Artémis et Zeus Olympien. Les sources étaient consacrées aux Nymphes et une grotte profonde à Hécate. Un stade y fut construit et les jeux olympiques s’y tinrent. On y donnait également des représentations théâtrales, des concours musicaux et poétiques, auxquels les rois séleucides assistaient.

Vers 250, le christianisme s’était propagé à Antioche et dans la région. On avait élevé un temple chrétien juste en face de celui d’Apollon qui tombait en ruine.

Vers les années 360, l’empereur Julien fit dégager la source des oracles et restaurer le temple d’Apollon, mais il fut détruit peu après par un incendie allumé par les chrétiens le 22 octobre 362. Le temple ne fut jamais reconstruit et la ville fut détruite en 540 par Chosrès.

(source : istambulguide.net)

———————————————————————————————–

Advertisements