Le barde parle…
Il défait de ses mots tous les édifices
Construits pour nous enfermer demain,
Il fait les marches pour que l’esprit se hisse
Jusqu’à la cime des arbres qui bordent le chemin

Le barde parle…
Il dit l’âme des arbres immobiles et fiers
Leurs branches qui sont des bras aimants,
Leurs feuilles qui tombent avant l’hiver
Et l’aérienne caresse qu’est le chant du vent

Le barde parle…
Il dit la source et l’enchantement durable
De l’entendre couler au creux d’un vallon,
De comprendre sa nature véritable
Et de suivre le parcours du saumon

Le barde parle…
Il dit le coeur qui bat au fond de l’océan
La danse des algues et leur bonheur muet,
La venue au monde du plus bel instrument
Et son pouvoir qui endort, fait rire ou pleurer

Le barde parle…
Il dit le pas qui fait la ronde des saisons
L’empreinte vivante laissée par les ancêtres,
L’éclat des étoiles au fond du chaudron
Et l’espoir que sont les enfants à naître

Le barde parle…
Il dit la couleur de l’ombre et de la lumière
La nudité humaine derrière les apparences,
La dérive des nuages, leurs formes éphémères
Et son verbe guerrier combat l’ignorance

Le barde parle…
Il rend à la tribu sa mémoire
Son lot de défaites et de victoires,
Il tisse un lien à travers les âges
Pour que continue le voyage.

Enora Mac Eulith

—————————————————————————————————–

Publicités