« Lorsque la nuit enveloppe le monde nordique, les Suédois, dans la chaleur du foyer, préparent soigneusement la fête. Sainte Lucie, ou Luce est célébrée avec beaucoup plus d’éclat que Jul, Noël, qui a un caractère intime et familial. La Sainte Lucie annonce la victoire sur les ténèbres et en son honneur le rouge et le vert, couleurs de vie, transforment la maison en réceptacle festif, où trône le traditionnel bouc de paille. C’est l’occasion de grandes réjouissances : la cuisine traditionnelle est mise à l’honneur ; victuailles et friandises jettent un défi à l’obscurité extérieure en proclamant à profusion le bonheur et l’abondance. (…)

La paille est présente partout pour cette fête sous forme de suspensions, de poupées, d’étoiles, ou encore dans la fabrication d’un bestiaire stylisé qui deviendra par la suite, décoration de l’arbre de Noël dont le but n’est pas seulement d’assurer une heureuse combinaison de couleurs. Au cœur de l’hiver, il est toujours utile de rappeler l’épanouissement du soleil d’été par la matière qui en est symbole par excellence.

Quels que soient les noms, celtique Lug ou romain lux, auxquels se rattache cette fête de la lumière, et malgré la diversité des rites pratiqués dans les différents pays, c’est bien toujours le même réseau de symboles liés au feu et à l’abondance, à la lumière et aux ténèbres, à la mort et à la renaissance, qui apparaît. »

Yvonne de Sike, Fêtes et croyances populaires en Europe. Bordas.

———————————————————————————————————

Publicités