« Qui décrira jamais le rôle joué dans les révolutions par la camaraderie, l’estime, la confiance, l’amitié, l’amour ? Qui dira l’importance des sentiments, sans doute aussi grande que celle des idées ? Car les idées ne seraient rien sans les hommes, sans les liens qui les attachent les uns aux autres, forces mystérieuses et puissantes qui nous rapprochent et qui disent pourquoi il n’y a pas de révolution sans romantisme.

De temps à autre des hommes qui se voudraient plus forts et plus conscients, cherchent à bannir tout sentiment des affaires politiques. Ils veulent séparer le sentiment de la raison, sans voir ni comprendre que c’est vouloir couper l’homme en deux, le tuer. Parfois même, un personnage prétend incarner la raison d’État pure et intransigeante. Que pourrait-il laisser d’autre dans l’Histoire que le souvenir d’un robot dénué de tout ce que l’être humain contient de noble et d’attachant, de tout ce qui rend la vie possible, de tout ce qui est la vie ? « Défie- toi d’un homme qui n’a pas de musique dans l’âme ; c’est un traître ! » s’est écrié Shakespeare. J’aime, pour ma part, les hommes qui ont de la musique dans l’âme. »

Pierre Sergent, La Bataille. Le Livre Poste Albatros.

——————————————————————————————————-

Publicités