You are currently browsing the daily archive for février 17, 2012.

« Du 2 décembre 1908 au 17 février 1909, se développe « l’affaire Thalamas », du nom d’un professeur du lycée Charlemagne qui avait insulté la mémoire de Jeanne d’Arc devant ses élèves et qui a été chargé de donner une série de cours à la Sorbonne sur La pédagogie de l’Histoire. C’en est trop pour l’Action française qui chaque mercredi – jour où officie Thalamas – appelle à manifester contre le professeur indigne :

* lors du premier cours, le 2 décembre 1908, étudiants et camelots envahissent l’amphithéâtre Michelet et mènent un tapage d’enfer. Maxime Real del Sarte inflige à Thalamas une paire de gifles. Celui-ci s’enfuit ; les jeunes gens quittent la salle, se répandent sur le boulevard Saint-Michel, rompent les barrages de la police, franchissent la Seine, et arrivent à la statue de Jeanne d’Arc, où ils déposent une gerbe de fleurs

* Les 9 et 16 décembre, mêmes manifestations

* Le 23, voulant réhabiliter Jeanne d’Arc, Maurice Pujo a entrepris de lui consacrer un cours libre en pleine Sorbonne, au sein de l’amphithéâtre Guizot et trace devant ses auditeurs un tableau historique. Il compare ainsi l’état de la France au XVe siècle avec celui de son temps

* Le 17 février, les camelots se sont enfermés dans la Sorbonne et, à l’heure du cours de Thalamas, ils pénètrent dans son amphithéâtre. Ils étendent l’insulteur de Jeanne d’Arc sur la chaire, relèvent sa redingote et lui administrent une fessée mémorable. Il n’y aura pas d’autre cours de « pédagogie de l’Histoire »…

Toutes ces actions, et bien d’autres, se soldent par de nombreuses arrestations et condamnations par des magistrats qui ne manifestent aucune mansuétude à l’égard des camelots. »

(source : http://www.actionfrancaise.net/craf/?L-affaire-Thalamas )

bel exemple qu’il serait bon de suivre aujourd’hui !…

——————————————————————————————————–

Publicités

Le 17 février 449 un édit rendu aux noms de Théodose II (pour l’Orient) et de Valentinien III (pour l’Occident) était libellé comme suit :

« Nous décrétons que tous les livres que Porphyre, dans sa démence, et les auteurs de la même espèce ont publié contre le culte chrétien, quelque part qu’on les trouve, soient livrés aux flammes. Car il importe que des écrits aussi propres à provoquer la colère de Dieu et à offenser les âmes pieuses ne puissent absolument pas parvenir à la connaissance des fidèles. »

Les critiques antichrétiennes de Celse, de Porphyre, de Hiéroclès et de l’empereur Julien furent brûlées dans le cours du Ve siècle. Elles ne parvinrent à la connaissances des âges postérieurs que par les objecta solvuntur des docteurs chrétiens qui s’efforcèrent de les réfuter.

Mais pour quelques uns ainsi sauvés, combien furent perdus à tout jamais du fait de l’obscurantisme chrétien ?

———————————————————————————————————

——————————————————————————————————–

pour me contacter

février 2012
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829  

a

Des racines et des elfes

Tigialon uscas

Blog Stats

  • 1 280 681 hits
Publicités