Depuis plusieurs jours, et ce n’est pas la première fois que ça m’arrive, je suis en pleine overdose d’actualité, de politicaille et de lecture militante ! D’ailleurs je n’ai pas retenu grand chose de ce qui s’est passé, en France ou dans le monde et je n’en ai rien à battre. Ceux qui, comme on dit, « font l’actualité », me sortent tous par les yeux et c’est à peine si je suis plus indulgent avec ceux de ma famille politique. J’ai quand même vu que sous les pressions de mouvements antifâââscistes, la tombe des parents de Tonton a été virée du cimetière où ils coulaient de vieux jours ce qui me dégoûte profondément et me donne des envies de meurtres… ah les fumiers !!!  Et puis, mais là ça me ferait plutôt marrer : le schtroumpf  Mélenchon, Méchancon comme osent certains, est en train de péter les plombs et de devenir complètement mégalo sous prétexte que des sondages vendus et une presse bien beurrée pour se faire mettre le font monter, monter, monter… au début il voulait se désister pour Hollande, le porcelet amaigri, mais maintenant, il se tâte, s’interroge et suppute « et si j’y allais tout seul ?… ». J’adorerais que ce salaud plombe les socialos et empêche Hollande d’arriver au 2e tour, sans y arriver lui même … ce qui donnerait un match Le Pen / Sarko : j’aimerais tellement voir ces cloportes appeler à voter pour celui qu’ils haïssaient, jusque là… comme jadis Chirac, le président bananier …

Je me suis mis aussi à des lectures plus légères … mais tellement plus digestes ! La semaine dernière, je me suis plongé avec délice dans Simenon et dans Léo Malet, ce qui m’ a permis, une nouvelle fois, de reconnaître Nestor Burma et Jules Maigret comme les deux personnages que je préfère dans la littérature policière française (malgré la belgitude de Simenon). Depuis ce week-end, j’ai entamé la série de Bill Pronzini avec son détective privé récurrent, et sans nom, Nameless : un régal !

——————————————————————————————————

Publicités