You are currently browsing the daily archive for avril 24, 2012.

« N’étant pas de ceux qui se fichent de leur première culotte, je me souviens de mes premiers pantalons comme si j’y étais. Outre les boutons de bretelles que j’ai vus disparaître sans regret, ils étaient garnis, à l’époque, d’une petite patte serrée derrière au niveau des reins par une boucle à deux ardillons. Ainsi pouvait-on régler à la demande le tour de ceinture et c’était la première raison du système. Les hommes ne tardèrent pas à lui en trouver une deuxième et on sait que les objets sont toujours plus intéressants par l’usage dérivé qu’on en fait. Cette boucle fut adoptée en effet par les duellistes pour y accrocher, en cours de combat, le pouce de la main gauche. Ce détail épique m’ayant été révélé à l’âge pubère, je pus apprécier, en pleine connaissance de cause, la cérémonie du premier pantalon.

Disons tout de suite que mon pouce de bretteur n’a jamais fatigué mes pattes de pantalon. D’ailleurs elles furent bientôt condamnées. En supprimant ces pattes en même temps que les bretelles, les tailleurs ont obéi à l’évolution des mœurs, ils ont flatté le sportif et découragé le duelliste. La virilité changeait de signe, le pantalon a suivi. Je ne vais pas jusqu’à dire que notre honneur tînt à cette patte, mais la désuétude et même le discrédit, sinon le ridicule, où le duel est tombé consacre un déclin des superstitions relatives à l’honneur. L’honneur lui même a rouillé dans le fourreau. Notre libération suit son cours.

L’offense ne conduit plus au pré. L’offense qui n’engage plus la peau devient donc inoffensive et perdra bientôt son nom. Au surplus les laboratoires de la morale émancipée nous ont révélé, par expérience sur des cobayes préalablement humiliés, que le sang n’avait aucune propriété oblitérante sur l’injure. A tort ou à raison, il est donc interdit à l’homme social de disposer de son sang pour raison de convenance personnelle. Que l’honneur se débrouille autrement. »

Jacques Perret, Salades de saison. Gallimard.

Le 24 avril 1886, un duel oppose Edouard Drumont, directeur du journal La Libre Parole à Arthur Meyer, directeur du journal Le Gaulois qu’ il avait insulté pour ses origines juives. Les « Ephémérides nationalistes » précisent que « ce dernier, de la dernière lâcheté, saisit à pleine main l’épée de son adversaire. »

—————————————————————————————————

24 avril 1903 : naissance à Madrid de José Antonio Primo de Rivera, futur fondateur de la Phalange espagnole et de la doctrine nationale-syndicaliste. Cet avocat est l’incarnation de la pureté, du courage et du « fascisme immense et rouge » décrit par Brasillach.

(Ephémérides nationalistes)

——————————————————————————————————–

pour me contacter

avril 2012
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

a

Des racines et des elfes

Tigialon uscas

Blog Stats

  • 1 287 780 hits