30 mai 1778 : mort à Paris, dans la nuit du 30 au 31, de l’académicien François-Marie Arouet, dit Voltaire, épuisé par la splendeur de sa propre vie. Plusieurs évêques proposèrent de jeter son cadavre à la voirie. Rentré à paris en 1778 après la mort de Louis XV, il avait été acclamé par l’Académie, les princes, la Comédie-Française et la foule. Quelques jours plus tard, la sixième représentation d’Irène avait servi de prétexte à une cérémonie glorieuse et délirante. Les idées de Voltaire, antidémocrate et conservateur, tournent pourtant toutes autour de deux sentiments la haine du christianisme et l’amour de la liberté. Comme dira Nietzsche à propos de ses Lettres anglaises, de son Essai sur les mœurs ou de son Dictionnaire philosophique, il a su concilier en lui « la suprême liberté de l’esprit avec une mentalité résolument antirévolutionnaire, sans être lâche ni inconséquent »

(Ratier/Parment. Ephémérides nationalistes)

—————————————————————————————–

Advertisements