Premières lignes du dossier :

« Il est possible de penser que, sans les barrages d’artillerie permanents doublés d’un cordon sanitaire étanche tissé sans relâche jour après jour par les médias, nos idées seraient déjà au pouvoir dans nombre de pays européens tant les faits nous donnent raison au quotidien. Toutefois les médias d’aujourd’hui militent plus qu’ils n’informent. Il est vrai que cela leur est facile dans la mesure où dans ce monde moderne asphyxiant, la médiasphère envahit même nos domiciles (avec notre assentiment) par le biais de ces objets hypnotisant les masses que sont la télévision et le net, d’autres les abrutissant comme la radio, canaux qui, malgré des différences apparentes, diffusent toujours le même message politiquement correct.

Clairement situés à gauche (et ayant souvent des passés militants à l’extrême gauche) ce qui leur permet de se draper en permanence dans les limbes de la morale et du cœur, de se faire juge et de décider qui est dans le camp des Bons, et a contrario de dénoncer ceux qui doivent demeurer dans le camp des Méchants, les médias n’en sont pas moins vendus à des financiers, généralement de grands groupes bancaires, des multinationales, des fonds de pension, des grandes agences de communication et dépendent en grande partie des annonceurs publicitaires tant leurs entreprises intéressent paradoxalement de moins en moins de monde. Cette alliance des médias de gauche puant d’orgueil et dégoulinant de bons sentiments, recyclés en une bourgeoisie d’affaires marchent désormais main dans la main avec les capitalistes les plus putrides, c’est cela la vraie réalité de la médiasphère en 2012. »

—————————————————————————————

Advertisements