europe-

« Les sciences naturelles modernes nous enseignent que la réalité du monde constitue un processus d’expansion sur quatre dimensions. Aux trois dimensions spatiales, il faut ajouter celle du temps, donc du mouvement dans le cours de la transformation des événements vers une direction et une relation d’échange. Lorsqu’on veut concevoir la réalité comme un tout, il ne faut pas considérer les données d’une situation seulement d’après leurs relations spatiales. On doit les estimer en tant que position temporelle d’après leurs caractéristiques évolutives, donc dans le contexte de l’évolution, prendre en compte le cours suivi et le degré potentiel de mouvement.

Cela est aussi bien valable pour la désignation physique du concept d’Europe que pour l’estimation de sa situation spirituelle, son organisation comme potentiel énergétique riche, divers et comme image de pouvoir au sein de la politique internationale.

L’Europe signifie plus que ses frontières géographiques changeantes, plus que ses types de gouvernements différents et ses migrations de peuples, plus que ses faits culturels et sa force de production économique. C’est une résultante de toutes ces données partielles, multipliée par la capacité à déployer des moyens et performances en sommeil qui furent jusque là anéantis par la division, l’étranglement et la désaffection. »

Theodor Soucek. L’Europe nous appelle. Éditions du Lore.

————————————————————————————–

Advertisements