MEDION DIGITAL CAMERA

« Voilà bien l’église. Tout ce qu’elle n’a pu corrompre à son profit, elle le marque du sceau de l’énigme, du hasard ou de celui de l’infamie. Cette chapelle fut édifiée il y a huit cents ans sur un ancien lieu de culte où les hommes venaient se retrouver avec les Dieux. Après avoir répandu la mort pour interdire cette communion, la chrétienté pensa qu’il lui fallait mieux utiliser ce site ancien pour tenter de convertir les hérétiques qui continuaient leurs pratiques au plus profond des forêts. Chaque pierre fut caressée et modelée par les quelques compagnons qui avaient accepté de besogner à la condition de pouvoir y laisser leurs signes. L’église nécessiteuse car désireuse d’asseoir définitivement un pouvoir spirituel chancelant, ferma les yeux devant le grand avantage qu’elle en tirerait. Ces signes immémoriaux et intemporels attirèrent finalement une multitude de récalcitrants qui finirent par voir dans le christianisme la continuité de l’esprit des forêts. Mais il n’en était rien. Comment cette doctrine et cette communion auraient-elles pu être la continuité l’une de l’autre alors que la première, jaillit du sol craquelé du désert, était le fruit de l’aigreur et du ressentiment et que l’autre avait été enfantée par le soleil, la montagne et les forêts. L’église, pour la combattre, dut même la nommer car l’éternité du rite n’avait pas permis qu’un nom lui fut donné. Les fées l’avaient enfanté avant que les mots n’existent. Le paganisme appartenait aux païens et vivait en dehors de tout concept car la seule réalité qu’il honorait était la vie. Le christianisme, lui, n’honorait personne. Il enchaînait les hommes, les esclaves mais aussi les maîtres, par des fables et des mensonges. Mais les rêves n’alimentaient que les croyances, et les théories et le savoir s’échappaient comme le paradis échappera à ces cohortes de gens qui utilisent la bonne action comme une assurance sur le futur passage. Le sens et la substance bafoués, la force qui reliait la terre au ciel s’en fut rejoindre le monde souterrain en attendant le moment où elle pourrait de nouveau circuler à travers un homme qui, voulant toucher le soleil, pourrait devenir un Dieu. »

L’Ami. Mon sang m’a dit. Les Amis de la Culture Européenne.

——————————————————————————————

Publicités