Marcel Aymé, dont Antoine Blondin disait « Sa fréquentation vous améliorait », est mort le 14 octobre 1967. C’est « La Table-aux-Crevés » qui le fit connaître.

marcel aymé

« La cuisine était propre. Au milieu, l’Aurélie pendait à une grosse ficelle, accrochée par le cou. De grand matin, courbée sur son cuveau, elle avait entrepris de buander le linge. Au soir, elle avait eu envie de mourir, tout d’un coup, comme on a soif. L’envie l’avait prise au jardin, pendant qu’elle arrachait les poireaux pour la soupe. Du pied heurtant une motte de terre, l’Aurélie était tombée à plat ventre dans le carré de poireaux. Et la terre lui avait paru molle comme édredon, si douce à son grand corps séché de fatigue, qu’elle était restée un bon moment, le nez dans le terreau, à prier la Sainte Vierge. En se relevant l’Aurélie avait regardé l’air sec d’avril, d’un bleu si dur dans les lointains. Alors, elle avait baissé la tête et reposé ses yeux sur le coin du jardin où la haie vive faisait une ombre fraîche. »

————————————————————————————————————

Publicités