spirale 1

spirale 2

spirale 3

Le 2 avril j’avais relevé cette phrase dans « la Compagnie de la Grande Ourse »où il était question de se réapproprier un Grand Pays « de façon spirituelle et physique, en l’arpentant pour le reconnaître et apprendre à l’aimer dans sa chair, en laissant partout pour marquer cette reconquête des signes aussi tangibles que des drapeaux ou des dessins au pochoir. »

https://lecheminsouslesbuis.wordpress.com/2014/04/02/reappropriation/ )

J’avais émis le souhait de tomber sur de tels signes au détour de mes promenades/déplacements ( une spirale, par exemple, en raison de son symbolisme et de son « antiquité ») dans les endroits les plus ordinaires comme les plus improbables; croiser ainsi le chemin d’un de mes frères ou de mes sœurs en réappropriation !

j’ai attendu longtemps avant d’avoir des échos suite à cet appel… pour ainsi dire je désespérais, et puis me parvient un message de l’ami Alban m’annonçant triomphalement : « J’avais lu sur ton blog que tu souhaitais tomber sur des signes de reconquête identitaire et païenne lors de tes pérégrinations.Exaucé ! Le territoire Voconce est maintenant marqué : une ancienne tour de garde certainement, au bord d’un chemin sous les buis. »

Un acte gratuit, mais ô combien jouissif :  » J’ai pris beaucoup de plaisir à le faire ! » ajoute Alban, « Ce serait même vraiment bien que d’autres se mettent à suivre ta suggestion. C’est une super idée.
Le land-art identitaire est né ! Une terrible beauté… plus terrible que celle des musées climatisés de la caste mondialiste hors-sol. »

J’ai appris depuis qu’un certain nombre de ces signes, pas seulement une spirale, ont été laissés ici et là… la reconquête est commencée !

Advertisements