orelie
Le 22 août 1858, Antoine de Tounens, obscur clerc de notaire à Périgueux, débarque à Coquimbo (Chili).De 1860 à 1862, il régnera sur l’Araucanie et la Patagonie sous le nom d’Orélie-Antoine 1er. Son aventure sera retracée par Saint-Loup (« Le Roi blanc des Patagons ») et par Jean Raspail (« Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie ») qui immortaliseront ainsi cette magnifique figure d’aventurier.
Cet anniversaire nous permet de mesurer la petitesse de notre époque qui s’effraie de la stature des héros, et de celle de nos dirigeants qui pratiquent allègrement l’inversion des valeurs essentielles.N’en doutons pas, ces pantins dangereux sont les mêmes que ceux qui firent interner Antoine de Tounens, roi d’Araucanie et de Patagonie pour la seule raison qu’il était prêt à donner sa vie pour ses rêves.
Alors nous vient souvent l’envie d’avoir en nous une sorte d’Île bleue, un espace où il fait bon se réfugier. Où les rêves, l’aventure, la beauté, l’humour, la légèreté, l’effort, le courage et l’honneur sont de pratique courante et non ostentatoire. Nous sommes bon nombre, gens de bonne compagnie, à penser qu’à cet espace correspond un Royaume, celui de Patagonie dont nous sommes les libres et fidèles sujets.

Publicités