You are currently browsing the category archive for the ‘Ateliers’ category.

Le vin de sureau que j’avais emmené pour la Lugnasad chez S. et G. avait beaucoup plu (en passant, c’est là qu’on avait eu la démonstration de ce qu’il n’y a pas que les cathos pour faire de nombreux enfants, beaux, intelligents et bien élevés … seuls, ceux qui ne fréquentent que les tradis, sans autre horizon, peuvent affirmer une connerie pareille…un peu comme si quelqu’un qui n’aurait jamais quitté la Côte d’Azur affirmait que seule la Méditerranée est salée…)

Voilà donc la recette du Vin de sureau :

pour 6 belles fleurs de sureau : un litre de vin blanc, rouge ou rosé (12° ou 13°), 150 grammes de sucre, un verre d’eau de vie à 50°

Choisir des fleurs bien épanouies

faire macérer le vin avec les fleurs de sureau pendant 48 heures.

Filtrer.

Ajouter l’eau de vie et le sucre.

Mettre en bouteilles.

On peut consomme le vin immédiatement mais il sera meilleur si on le laisse vieillir.

Pour l’équinoxe d’Automne, c’est la liqueur, de sureau toujours, qui cette fois avait plu. C’était chez Dominique, ma marraine en druidisme (c’est effectivement bien elle ma marraine, mais les liens qui la reliaient à R.D. , ce qu’elle nous en dit et la profonde empreinte qu’on sent qu’il a laissée sur les lieux et les gens qui y viennent ou qui y demeurent font que je ne peux pas m’empêcher d’avoir l’impression qu’il est, d’une manière ou d’une autre, lui aussi mon parrain…)

Pour env. 1 litre 1/2 :

500 g. de baies de sureau

1/2 l. env. d’eau-de-vie de fruits

1/2 l. de vin rouge

450 g. de sucre

Remplir de baies de sureau un bocal d’un litre.

Couvrir d’eau-de-vie jusqu’à 2 cm du bord, fermer le bocal et l’ entreposer env. 3 semaines dans un endroit chaud.

Filtrer le liquide dans une grande cruche en écrasant légèrement les baies.

Porter à ébullition le vin rouge avec le sucre,

Laisser refroidir et versez dans la cruche.

Mettre en bouteilles..

Conservation : au frais et à l’abri de la lumière env. 12 mois

DSCF1588J’ai donc décidé d’augmenter ma production l’an prochain et à cet effet, j’ai acheté un bidon de 30 litres, ça me laissera les coudées plus franches. En attendant, il faut que je trouve de la gnôle, véritable alcool de fruit, plutôt que de me contenter de vodka… j’ai bien envie aussi de faire de l’hypocrasse : en fait, depuis quelques années, je sais que c’est très « tendance » un peu snobe  dans la mouvance païenne qui conjugue souvent paganisme et reconstitution médiévale, parfois même ça va jusqu’au mélange pour en faire une espèce de jeu de rôle… Et en ce qui me concerne, je n’avais jamais été gagné encore par cette hypocrassophilie … je ne trouvais pas ça terrible, très surfait … jusqu’à ce que j’en boive (c’était pour la même Lugnasad … bien arrosée ma foi…) et que je trouve le breuvage vachement meilleur que d’habitude, tout simplement parce qu’il avait été fait avec du vin blanc , à l’encontre de ce que préconisent les recettes orthodoxes…

Pareil pour l’hydromel … lui, c’était pour Samain l’an dernier : on m’avait dit que c’était bon mais que c’était pas ….. de l’hydromel …et là, je crois qu’il faudrait que j’essaie de trouver de la levure de vin (ou de champagne, encore mieux parait-il) pour remplacer la levure de boulanger…(parce que je pense que ça n’avait pas bien ni assez fermenté)

Pour l’Hydromel (c’est la plus simple que j’ai trouvée)

1,2 kg de miel

2,5 litres d’eau

10 g. de levure

3 g. de gingembre en poudre

3 g. de poivre en grains

3 g. de cardamome en poudre

16 g. de clous de girofle en poudre

Dans une casserole faire fondre le miel jusqu’à ébullition

Ajouter l’eau chaude et bien mélanger jusqu’à ébullition.

Poursuivre l’ébullition de manière à ce que le mélange réduise à peu près d’1/4.

Verser ensuite dans une grande terrine ou dans un grand bocal en verre.

Quand le mélange est tiédi, ajouter la levure et bien mélanger.

Mettre toutes les épices dans une petite toile fine bien fermée et la mettre dans le liquide de façon à faire infuser les épices.

Couvrir le bocal avec un bouchon en liège ou avec un linge.

Laisser fermenter à température ambiante (ou sur un radiateur tiède en hiver) pendant 2 à 3 jours.

Le mélange va fermenter et risque de déborder, c’est pourquoi il ne faut pas le fermer hermétiquement.

Au bout de 2 à 3 jours de fermentation, mettre en bouteilles.

Si une mousse se forme à la surface de l’hydromel, c’est que la fermentation n’est pas terminée : il faut donc la laisser se poursuivre avant de mettre en bouteilles.

————————————————————————————-

Publicités

Correspondances des Tarots Celtiques de L. Tuan (ed. de Vecchi):

=====================

1. (Bateleur) Lug – Mercure
2. (Papesse) Morrigan – Lune
3. (Impératrice) Brigantia/Brigit – Vierge
4. (Empereur) Amatheon – Lion
5. (Pape) Esus – Jupiter
6. (Amoureux) Nemetona – Gémeaux
7. (Chariot) Teutates – Mars
8. (Justice) Arduinna – Balance
9. (Hermite) Ogmios – Saturne
10. (Roue de la Fortune) Dagda – Neptune
11. (Force) Smertrios – Bélier
12. (Pendu) Gwydion – Poissons
13. (Mort) Sucellos – Capricorne
14. (Tempérance) Diancecht – Verseau
15. (Diable) Cerumno – Scorpion
16. (Maison Dieu) Taranis – Uranus
17. (Etoile) Sirona – Vénus
18. (Lune) Borvo/Manannan – Cancer
19. (Soleil) Belonos – Soleil
20. (Jugement) Epona – Sagittaire
21. (Monde) Artio – Taureau
22. (Mat) Cuchulainn – Pluton

J’ai retrouvé dans mes notes le descriptif d’un « yoga » druidique, ressemblant en fait peut être plus à du taï chi Chuan, que pratique le Groupe Druidique des Gaules
http://groupedruidiquedesgaules.chez-alice.fr/

… Cela s’appelle « le Bosquet au bord de la Rivière »:

Chaque posture (forestière) doit être menée à fond pour sentir les
limites des éléments du corps. Ces positions, copiées sur la nature de
notre pays, permettent un captage des énergies bénéfiques qui nous
entourent.

La première posture est celle du Sapin (Sapos en gaulois). Comme
ses branches, les bras légèrement relevés vont naturellement tirer sur
les épaules vers la terre. La tête monte vers le ciel, le bassin est
basculé pour avoir le tronc bien vertical. Les pieds sont les racines
qui s’enfoncent dans le sol.

Pour le Pin (Padis) ou 2eme posture : même position avec les bras
horizontaux qui tirent en opposition , mains relevées comme les pommes
de pin.

Passons à l’If (Eburos) en tendant les bras devant soi,
légèrement divergents, mains tournées vers le sol, au dessus du niveau
des épaules.

Enfin le Chêne Sessile (Cassanos) va permettre d’ouvrir au
maximum ses bras vers le ciel, paumes des mains regardant le soleil.

Pour le Peuplier (Elto), toujours colonne vertébrale bien
verticale, monter par l’intérieur les bras verticalement, paumes des
mains se regardant. Les mains montent, montent encore.Les pieds
rentrent dans la terre. On est comme le fil à plomb des bâtisseurs, on
s’étire au maximum.

Pour le Hêtre (Bagos) faire comme pour le Chêne mais tourner les mains vers le sol.

La rivière cache dans le courant de l’onde claire une plante
extaordinaire, l’algue (Gweman). Comme elle, élever ses bras au dessus
de la tête et faire onduler tout le corps en grande souplesse, sans
résistance. Toutes les articulations doivent tourner dans tous les sens
: cheville, genoux, bassin, épaules, coudes, poignets, etc.

Pour terminer dans la souplesse, revenons dans les sous bois avec
la Ronce (Drepso). Elever ses bras en tirant fort dessus, puis basculer
lentement en avant tout en continuant l’extension. Comme la ronce
flexible on se courbe sans plier les jambes, jusqu’à venir toucher la
terre pour marcotter. Remonter lentement en position droite.

croix-brigit-5.jpg La croix de Brighid est une tradition de la fête d’Imbolc . S’agit donc plus de trainer parce que c’est dans dix jours maintenant C’est un symbole de protection et de prospérité en ce début de printemps, moment des nouveaux départs …

Fournitures

* Roseaux, paille, environ une douzaine de longs brins d’herbes ou tiges de blé Il est conseillé de faire tremper tout ça dans de l’eau chaude pour ramollir les tiges

* 4 petits bouts de ficelle

croix-brigit1.gif Tenez un roseau verticalement et pliez-en un autre en deux au milieu du premier (pliez # 2 sur # 1).
croix-brigit2gif.gif Pliez un autre roseau par-dessus le second; il sera parallèle au premier (pliez # 3 sur # 2).
croix-brigit-3.gif Pliez un autre roseau par-dessus le premier et le troisième; il sera parallèle au deuxième (pliez # 4 sur # 3).
croix-brigit-4.gif Continuez de travailler en rond (pliez # 4 sur # 3, le # 5 sur le # 4, et ainsi de suite), jusqu’à ce que tous les roseaux soient utilisés, ou suffisamment pour que le centre, tissé en forme de croix, ait un tiers du diamètre des tiges. Tenez les roseaux délicatement et attachez les pointes avec une ficelle pour que la croix ne se défasse pas.

(j’ai pris la démonstration sur la page personnelle « artisanat pour tous »)

Il y a un petit moment que ça nous tente et qu’on en parle: faire des « ateliers païens »… et on n’est pas les seuls à caresser ce projet, Faëlle dans sa Provence écrit elle aussi: « Peut être que je mettrai en ligne mes idées d’atelier et donnerai ainsi les résultats. Juste histoire de… partager des expériences. »

En ce qui nous concerne, et parce qu’il faut bien commencer quelque part, je vois quatre sortes d’ateliers, les ateliers pratiques où on fabrique quelque chose, des ateliers réflexion où on explore un sujet prédeterminé , des ateliers voyage avec méditations guidées (ou non), des ateliers observation où on observe, par exemple, ce qui se passe au fil du temps, toujours dans un même endroit de la nature …

Ce qui suit doit être pris comme un brouillon, comme un pense bête … une manière comme une autre d’avoir tous les éléments au même endroit et non pas des bribes de phrases ou de mots griffonnés sur de multiples petits bouts de papier qui encombrent vite les poches…

Ateliers fabrique >>>>>>>>>>>>>>>> pour la Clairière : Tigialon Uscas

—————> petites maisons (taille maison pour oiseaux) (Nantosuelta)
—————> micro laraires (illustrations Hatt pour le frontispice et plan de mon miroir FM)
—————> croix de Brighid ———————— avec de la paille (Vivre la Tradition celtique p. 74)
—————> flèches prières (Guide pratique de Chamanisme) —————— garder les plumes
—————> attrape-vents (Guide pratique de Chamanisme) ——————– coton à broder
——————– rubans
——————– bâtons fourchus
—————> bannières
—————> noeud de moisson (Vivre la Tradition celtique p. 255)
—————> couronnes (lierre – chèvrefeuille) (Vivre la Tradition celtique p. 156)
——————————– garder les longues tiges d’orties
——————————– garder la résine qui s’écoule des arbres (résineux, cerisiers, pruniers…)
—————> peindre (spirales ou autres motifs) sur des pierres (Chaman Celtique p.183)
—————> sac du chaman (Chaman Celtique p.167)
—————> ramure argentée (Chaman Celtique p. 170)

pour me contacter

septembre 2017
L M M J V S D
« Fév    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

a

Des racines et des elfes

Tigialon uscas

Blog Stats

  • 1,192,937 hits