You are currently browsing the tag archive for the ‘Bezancenot’ tag.

Les faux révolutionnaires du parti des petits fonctionnaires inquiets, vous aurez reconnu le NPA, le parti de Bezancenot, alias la tête de veau pleurnichard, s’alarment de la montée en puissance de l’extrême droite et du populisme… Ils ne sont pas les seuls d’ailleurs, en général tous ceux qui n’aiment pas le peuple ou le craignent font du populisme une sorte de despotisme sur lequel il est de bon ton de cracher.

« Populisme : position qui défend les intérêts du peuple avant ceux de la classe politique et qui prône la démocratie directe.

Ce terme actuellement péjoratif doit être retourné en une acceptation positive. L’aversion pour le populisme traduit en réalité une détestation dissimulée pour l’authentique démocratie. L’anti-populisme, comme son corollaire l’anti-démagogie, est une ruse sémantique de politiciens et d’intellectuels bourgeois pour enrayer la volonté du peuple, notamment des couches sociales modestes, réputées dangereuses parce que naturellement nationalistes.

La bourgeoisie cosmopolite au pouvoir, de gauche comme de droite, combat le « populisme » parce qu’elle rejette toute démocratie directe et que sa conviction est que « le peuple est politiquement incorrect« . On sait très bien que sur des sujets comme l’immigration, la peine de mort, la discipline scolaire, la politique pénale et fiscale et tant d’autres, les souhaits profonds du peuple (s’ils s’exprimaient par référendum) ne correspondraient nullement, malgré le flux incessant de la propagande médiatique, aux choix des gouvernants. Il est donc logique que ceux qui ont confisqué à leur profit la notion de Volonté du Peuple tentent d’assimiler le populisme au despotisme.

[…] En réalité le populisme est le véritable visage de la démocratie -au sens grec du terme- et l’anti-populisme l’aveu que les élites actuelles sont fondamentalement anti-démocrates.

L’anti-populisme marque le triomphe final de la classe politico-médiatique, pseudo-humaniste, protégée, privilégiée, sécurisée, qui a confisqué à son profit les traditions démocratiques.

Depuis quelque temps, le vocable « peuple » a d’ailleurs mauvaise presse. On lui préfère, celui, assez flou et détourné de son sens originel, de « république ». Pour la classe intello-médiatique, « peuple » signifie « petits Blancs » obsédés par leurs fantasmes sécuritaires, donc quelque chose de méprisable; une catégorie qui doit payer ses impôts, renoncer à tout privilège et surtout se taire. C’est pourquoi les naturalisations massives, le droit du sol et le vote des étrangers sont là pour « changer le peuple ».

L’idéologie hégémonique mène un triple combat, dans toute l’Europe : 1°) rendre « correct » le peuple européen de souche et, si possible, le restreindre numériquement ; 2°) remettre les clefs du vrai pouvoir entre les mains de la fonction marchande internationale ; 3°) assurer aux classes politiques des prébendes financières. C’est la forme moderne et soft de l’oppression.

Une telle situation est évidemment fragile : les politiciens anti-populistes et anti-racistes se doutent-ils, qu’une fois dépassé un certain seuil numérique, leurs protégés musulmans et allogènes naturalisés, bref le « nouveau peuple », les feront passer par le vide-ordures de l’histoire. »

Guillaume Faye, Pourquoi nous combattons. L’Aencre.

——————————————————————————————–

pour me contacter

février 2017
L M M J V S D
« Fév    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728  

a

Des racines et des elfes

Tigialon uscas

Blog Stats

  • 1,161,273 hits