You are currently browsing the tag archive for the ‘Cycle saisonnier’ tag.

———————————————————————————————————

Publicités

« Lorsque la nuit enveloppe le monde nordique, les Suédois, dans la chaleur du foyer, préparent soigneusement la fête. Sainte Lucie, ou Luce est célébrée avec beaucoup plus d’éclat que Jul, Noël, qui a un caractère intime et familial. La Sainte Lucie annonce la victoire sur les ténèbres et en son honneur le rouge et le vert, couleurs de vie, transforment la maison en réceptacle festif, où trône le traditionnel bouc de paille. C’est l’occasion de grandes réjouissances : la cuisine traditionnelle est mise à l’honneur ; victuailles et friandises jettent un défi à l’obscurité extérieure en proclamant à profusion le bonheur et l’abondance. (…)

La paille est présente partout pour cette fête sous forme de suspensions, de poupées, d’étoiles, ou encore dans la fabrication d’un bestiaire stylisé qui deviendra par la suite, décoration de l’arbre de Noël dont le but n’est pas seulement d’assurer une heureuse combinaison de couleurs. Au cœur de l’hiver, il est toujours utile de rappeler l’épanouissement du soleil d’été par la matière qui en est symbole par excellence.

Quels que soient les noms, celtique Lug ou romain lux, auxquels se rattache cette fête de la lumière, et malgré la diversité des rites pratiqués dans les différents pays, c’est bien toujours le même réseau de symboles liés au feu et à l’abondance, à la lumière et aux ténèbres, à la mort et à la renaissance, qui apparaît. »

Yvonne de Sike, Fêtes et croyances populaires en Europe. Bordas.

———————————————————————————————————

« Samhain est l’une des quatre fêtes qui jalonnent l’année chez les celtes. (…) Dans le calendrier de Coligny, table de bronze datée du IIe siècle de l’ère chrétienne et qui est un témoignage archéologique de première importance pour la connaissance de la civilisation celtique, la fête apparaît sous le nom de Samonios.

Samhain ouvre la période sombre de l’année et annonce les nuits les plus longues. Alors les prés verdoyants brunissent et dans les bois chênes et hêtres perdent leurs feuilles. Avec Samhain commence le temps du gel et du feu de bois. C’est, dans une civilisation rurale, une date repère : les troupeaux abandonnent leurs pâturages d’été et sont conduits à l’étable; le foin destiné à les nourrir est entassé; les animaux destinés à la table sont tués.

En Irlande, Samhain était le jour où s’unissaient charnellement le dieu Dagda et Morigu la déesse du monde souterrain, initiatrice et porteuse de souveraineté. Cette fête de fécondité, destinée à revigorer la puissance royale, était célébrée dans l’ancienne Irlande, par un grand festin tenu tous les trois ans à tara, site d’intronisation des rois d’Irlande, au nord-ouest de Dublin, ceinturé de cinq grands enclos circulaires dont les constructions les plus anciennes datent du IVe millénaire avant l’ère chrétienne et les plus récentes de la fin de l’âge de fer (début du Ve siècle de l’ère chrétienne).

Sur Samhain plane l’ombre de Morrigann (son nom signifie la « Reine fantôme ») furie des champs de bataille, dont le pouvoir d’enchantement peut provoquer brumes, nuages noirs, averses de feu et de sang. Apparaissant souvent sous la forme d’un corbeau, elle est forte protectrice de son peuple, déesse de la terre et de la fertilité.

Samhain est le jour où le monde des vivants et celui des morts se rencontrent. »

(« Fêtes païennes des quatre saisons« , sous la direction de Pierre Vial. Les Editions de la Forêt.)

————————————————————————————————–

pour me contacter

août 2019
L M M J V S D
« Fév    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

a

Des racines et des elfes

Tigialon uscas

Blog Stats

  • 1 280 682 hits
Publicités