You are currently browsing the tag archive for the ‘Démocratie’ tag.

mondialisme-tribuen-polemia-dessin-de-chard

« Depuis le référendum sur le Traité de Lisbonne où le « non » l’avait emporté en 2005, la démocratie a montré son vrai visage en France (puisque le Traité a été revoté et adopté entre parlementaires légaux mais illégitimes). Ne leur jetons pas à la figure les lois liberticides, la non-représentation au parlement de pans entiers de citoyens, les manifestations de masse non écoutées par le régime, la confiscation de l’opinion par les médias aux ordres et prisonniers des lobbies, les lois décidées à Bruxelles par des cénacles non élus (Commission de Bruxelles, BCE), la quasi impossibilité d’instaurer une démocratie directe en consultant le peuple par la voie référendaire. Il parait pourtant que les Français sont viscéralement attachés à la démocratie et à la République. On se demande bien pourquoi ils sont de moins en moins nombreux les jours d’élection à aller urner (comme aux toilettes, il s’agit de s’isoler, de prendre un petit papier que l’on jette après usage dans un trou appelé « urne ») ! En fait la démocratie se réduit aujourd’hui à une incantation, un dogme, une vulgate entretenus par le Système qui veut faire croire aux citoyens qu’il ne peut y avoir d’autres formes de régimes. Comme il nous fait gober qu’il ne peut pas y avoir d’alternatives au capitalisme libéral et que la société multiraciale est sans retour possible. Au niveau mondial, la démocratie n’est plus que l’enveloppe légitimante de la ploutocratie planétaire. Est-ce par philanthropie que l’Empire américain guerroie dans le monde entier pour l’instaurer ? Chacun de vous peut comprendre que sous couvert de droits de l’homme et d’antiracisme, la démocratie et la République forment le meilleur paravent de la finance internationale.
Comme l’écrivait Maurras, « la question n’est pas de savoir quel régime restaurer mais quel régime peut restaurer la France ». Et l’Europe. C’est une question rarement abordée dans notre mouvance où l’on oscille entre le retour à la monarchie et la démocratie suisse. Fidèle à Rebatet, j’oserais écrire que « même à son pire ennemi on ne peut souhaiter de mourir sous un régime démocratique et républicain ». Pour nous deux jambes et deux bras n’ayant jamais été supérieurs à une tête, nous opterions pour le principe monarchique si les héritiers naturels n’étaient pas des dégénérés en puissance et des dévots du Vatican. Raisonnablement, nous sommes donc de fait pour un régime autoritaire, au sommet (non pour nous oppresser mais pour nous guider et nous protéger, notamment de la finance internationale, qui s’incarnerait dans un homme ou un directoire au sein duquel les élites circuleraient puisque l’exercice du pouvoir use), libertaire à la base afin de nous laisser vivre à notre guise, aimer, élever nos enfants, entreprendre. Un régime qui défendrait notre identité ethnique et culturelle, honorerait nos morts, respecterait notre histoire, protégerait notre environnement et nos terroirs, serait solidaire des plus démunis. Reste à imaginer le scénario de la révolution nécessaire. Ou à défaut, construire une contre société sur laquelle aucun régime n’aurait jamais prise, pour que nous restions nous-mêmes. »

EK (Réfléchir&Agir n°48) (dessin de Chard.)

—————————————————————————————————————————————

Publicités

robert-giraud-blog-obailly.1289060311

« C’est une dure mais juste loi que celle qui rend les peuples responsables des actes de leurs chefs : car les peuples ont les moyens de ne pas laisser à leurs chefs l’autorité, comme les chefs ont le devoir de gouverner s’il le faut contre les goûts de leurs peuples. Les peuples ont les gouvernements qu’ils méritent. On nous dit quelquefois : « Les peuples sont des enfants. Si les Français avaient d’autres maîtres, vous verriez comme ils changeraient vite… » Nous ne sommes pas insensible à cette raison, et elle nous touche particulièrement quand nous l’entendons, comme il nous arriva, dans la bouche de personnes très humbles; nous y sommes si peu insensible que bien des fois nous avons exprimé notre surprise que, conduit et inspiré comme il l’est, le peuple français eut encore tant de vertus. Mais enfin ces hommes et ces femmes sont traités en adultes, et non en enfants : les hommes votent, les hommes et les femmes témoignent en justice, ont autorité sur leur progéniture, et. S’ils n’exigent que pour de petits intérêts sordides et jamais pour autre chose (à l’exemple de ces mutilés de guerre qu’on n’a jamais vu exiger de façon efficace, lorsqu’il s’agissait des affaires de la France mais qui ont bien su le faire une fois -en barrant la circulation sur les grands boulevards, de leurs petites voitures!- lorsqu’il s’est agi d’une augmentation de leurs pensions) s’ils acceptent tout sans haut-le-cœur, s’ils ne vomissent ni la vulgarité, ni la bassesse, ni la bêtise, ni les bobards dont on les gave, eux aussi sont coupables. S’ils souffrent le mal, c’est qu’ils n’en souffrent pas. Gouvernants, parlement, nation, nous nous refusons à distinguer. Le parlement, c’est la France. Elle a envoyé là ceux qu’elle préférait. Ce qui se passe au Conseil des ministres, c’est ce qui se passe au Café du Commerce. Tout le monde est solidaire et complice. »

Henry de Montherlant. L’Équinoxe de septembre.

images« Boyaux avides prolétaires contre boyaux contractés bourgeois. C’est toute la mystique démocratique ».

Louis Ferdinand Céline

 

 

 

——————————————————————————————————————-

 

mouton-télé« La plupart des membres de toutes les sociétés viables sont et ont toujours été ce que j’appelle des moutons. Les moutons ne prennent pas de décision de manière indépendante. Ils en sont psychologiquement incapables. Ils préfèrent regarder autour d’eux et essaient de comprendre ce que pensent les autres : leurs pairs et ceux qui incarnent l’autorité. Et cela devient ensuite ce qu’ils pensent. Ils pensent tout ce qu’ils perçoivent comme étant accepté par ceux qui les entourent. Ils conforment leur opinions et comportement aux opinions et au comportement d’autrui. C’est une chose qui s’applique dans une société traditionnelle : quand les normes observées et acceptées par les moutons sont des normes authentiques où les moutons se conforment au peuple authentique qui les entoure, se conforment aux membres de leur communauté et, ce faisant, apportent stabilité et force à la communauté.

À l’ère de la télévision, il en va tout autrement. À l’ère de la télévision, la communauté virtuelle du petit écran remplace de plus en plus la communauté réelle, la communauté naturelle, dans la détermination de ce à quoi se conforment les moutons. C’est ce que les moutons perçoivent qui est important, et les gens qui contrôlent ce qui apparaît sur les écrans de télévision déterminent sans cesse davantage ce que les moutons perçoivent. Cet état de fait invalide le bien-fondé de l’idée démocratique, même en l’absence de mauvaises intentions. En d’autres termes, même si les maîtres de l’information et du divertissement étaient bienveillants, le pouvoir qu’ils possèdent suffirait à transformer « la volonté populaire » en ce que les maîtres des médias voudraient qu’elle fût, si bien que la notion même de démocratie de masse n’auraient plus aucun sens. Et avec les Juifs contrôlant les médias, la démocratie n’est pas seulement une imposture ; c’est un véritable désastre qui voue à l’oubli notre société, notre civilisation et notre race. »

William L. Pierce. Fierté blanche. White Revolution Books.

———————————————————————————————————————————–

Sur le mode ironique, on dirait que…

« L’homme s’est enfin extirpé des siècles de barbarie ; il s’affirme sans cesse meilleur et, tant bien que mal, poursuit sa marche glorieuse vers les perfections et la vertu. La preuve ? L’avènement et le triomphe des républiques ou, mieux, des démocraties. Nos ancêtres venaient de loin mais, à force d’efforts et de sacrifices, au prix de grandes souffrances physiques et morales, tenus fermes par de grands élans de générosité et d’amour humain, ils ont connu des lendemains qui chantent. Féodalité, tyrannie, monarchie, autant de mauvais souvenirs.

Le choix des mots, Moyen Age et Ancien régime, n’est certainement pas innocent et ils répondent bien à ce que l’on en attendait. Fabriqués de toutes pièces à dessein, sans vraie signification mais, imposés par un long usage, ils ont façonné une opinion qui ne cherche pas plus avant. Personne ne saurait expliquer cette étrange croyance en une sorte de postulat qui affirme que seul un régime « républicain » et « démocratique » assure la paix, l’équité, la justice et le bonheur des peuples. « Nous sommes libres puisque nous sommes en République ! » Cela se disait alors que toute la presse chantait les vertus de l’habeas corpus dans le Royaume. On ne voulait pas savoir que ces gens, nés sous une bonne étoile, vivaient sous un régime monarchique.

La recherche historique s’en est trouvée longtemps, très longtemps, impuissante, comme infirme, jusqu’à refuser d’aborder certains sujets ou, si elle s’y risquait, c’était pour tricher, déformer les faits, nier l’évidence. L’Histoire des pays d’Occident, de l’an mille à ce que nous disons être la Renaissance, fut complètement faussée par des parti pris, slogans et clichés que personne ne devait mettre en doute.

Tout se résumait en une seule démarche, une seule volonté : montrer que tout, absolument tout, avait commencé en 1789. Que rien de bon n’avait existé avant, sous l’Ancien régime, et que cette toute nouvelle république devait sa vertu, son excellence, ses sentiments de générosité et son amour du genre humain à l’arrivée au pouvoir de la bourgeoisie. »

Jacques Heers, L’Histoire assassinée. Éditions de Paris.

——————————————————————————————————

« Boyaux avides prolétaires contre boyaux contractés bourgeois. C’est toute la mystique démocratique. »

L.F. Céline

——————————————————-

———————————————————————————————–

interdiction

————————————————————————————————-

Bon, je n’ai pas une sympathie exagérée pour Jean Marie Le Pen mais d’apprendre qu’il ne présidera pas la séance inaugurale du Parlement Européen en tant que doyen d’âge uniquement parce que, même s’il a été démocratiquement élu par une partie de la population, ça ne plait pas à l’establishment politique en place, et que le Parlement a donc modifié son règlement pour donner la présidence à quelqu’un d’autre me fout positivement en rogne..

.

Beaucoup plus pour ce que ça traduit sur la vie et les mœurs politiques actuels que sur ce « point de détail » précis…(« détail = élément non essentiel d’un ensemble; circonstance particulière ». Le Robert 2009)

.

On nous rabâche à longueur de temps qu’on vit dans un pays de libertés, un pays de démocratie et on voit pourtant se profiler un nouveau code mis à la disposition des hommes politiques « qui comptent » , en d’autres termes qui sont fréquentables et naviguent dans un système de pensée « correcte » qui se conjugue au singulier, pour ne pas dire « à l’unique »

.

Un de ces articles a été écrit quand le vote populaire s’étant opposé à la ratification du traité de l’Europe, les petits marquis qui nous dirigent ont usé d’un subterfuge pour aller le ratifier à Lisbonne…

.

Premier article : le vote populaire te dérange = ignore le…

(nouvelle illustration quand on revotera en Irlande …)

.

Nouvel article quand le ministre de l’Immigration Eric Besson a réaffirmé que « tous ceux qui aident de bonne foi un étranger en situation irrégulière doivent savoir qu’ils ne risquent rien« .

.

alors que l’ article L622-1 -du Code d’entrée et de séjour des étrangers et du droit d’asile stipule que « Toute personne qui aura, par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l’entrée, la circulation ou le séjour irréguliers, d’un étranger en France sera punie d’un emprisonnement de cinq ans et d’une amende de 30 000 Euros. »

(je précise ici que je n’émets pas de jugement de valeur, je m’interroge seulement sur la validité du principe « la loi est la même pour tous » …)

.

Deuxième article : la loi que tu es chargé de faire appliquer te dérange = ignore la …

.

Nouvel article qu’on vient de voir avec l’abus de pouvoir du Parlement Européen

Troisième article : un règlement te dérange = ignore le …(mieux, change le…)

.

Le dernier exemple un peu atypique mais qui pourrait bien faire très rapidement force de loi ne concerne à priori que Dieudonné … vous savez, l’humoriste qui est prêt à tout pour faire parler de lui …Lui non plus ne m’inspire pas une sympathie exagérée… mais je ne vois pas ce qui pourrait, alors qu’on vit dans un régime de démocratie, l’empêcher de présenter des listes aux élections européennes. Or, lors d’un entretien sur une radio communautariste, Radio J, en entretenant volontairement l’amalgame antisémitisme/antisionisme , le secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant, a évoqué une possible interdiction des listes Dieudonné…ouvrant ainsi la porte à pas mal de dérives possibles…

.

Quatrième article : des candidatures à des élections te dérangent = interdis les…

.

(en fait ça pourrait être un jeu … toi aussi, trouve de nouveaux articles d’un nouveau comportement d’une nouvelle démocrassie, tu gagneras peut être le droit de donner ton avis … dont on ne tiendra pas compte …)

pour me contacter

août 2019
L M M J V S D
« Fév    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

a

Des racines et des elfes

Tigialon uscas

Blog Stats

  • 1 280 378 hits
Publicités