You are currently browsing the tag archive for the ‘Hermann Löns’ tag.

Hermann Löns est un écrivain allemand qui doit son succès à ses oeuvres consacrées à la lande de Lunebourg (Des forêts et des landes, 1909), à ses histoires d’animaux (le Lièvre, Ce qui grouille et fourmille, 1909) et à ses ballades, dont certaines sont devenues de véritables chansons populaires. Ses romans paysans le Loup-Garou, Vehrwolf 1910) glorifient les vertus du terroir et de la race et prônent un néopaganisme : ils illustrent le parcours de la littérature régionaliste vers les thèmes qui caractériseront la littérature du « sang et du sol » (Blubo-Literatur) sous le IIIe Reich.

Sur sa demande, il partit au front le 24 août 1914 dans le 73ème régiment d’infanterie. Son journal intime n’est pas sans rappeler les livres écrits par Jünger sur la même époque : description d’une guerre mécanisée et industrielle, laissant peu de place à l’héroïsme individuel.

Il fut tué près de Reims en Champagne le 26 septembre 1914. Ses restes retrouvés par un paysan furent identifiés grâce à son matricule en 1933 et le nom de Lons fut donné à un espace naturel protége de Würzburg. Hermann Löns fit l’objet d’un enterrement militaire près de Fallingbostel : dans sa tant aimée lande lunebourgeoise.

—————————————————————————————-

 

Publicités

Je viens juste de terminer :

« Der Wehrwolf. En France, c’est l’époque de Louis XIII, du cardinal de Richelieu et des Trois Mousquetaires. En Allemagne, c’est la guerre de Trente ans : tout le pays brûle. Guerre, famine, épidémie, la mort fauche en toute saison. Des soldats étrangers errants à travers un pays dévasté, multiplient pillages, viols et massacres. Pour chasser ceux qui se sont abattus sur la Lande de Lunebourg, les paysans se regroupent, les armes à la main, utilisant une sauvagerie à la mesure de la violence de leurs assaillants et justifiée par la défense de leur clan. Unis en une redoutable confrérie secrète, ils se veulent semblables aux loups-garous des anciennes légendes germaniques. Contre l’invasion, une communauté qui veut survivre ne peut avoir qu’une seule devise : « Aide-toi, le Ciel t’aidera ».

… et j’embraye aussitôt, sur :

« (…) à Pâques 1916, les nationalistes irlandais se soulevaient contre la puissance britannique. La révolte fut écrasée mais la lutte clandestine devait succéder au coup d’état manqué de Dublin. Pendant cinq ans, des hommes luttèrent pour avoir le droit d’être eux-mêmes.

Parmi toutes les formations nationalistes, une des plus célèbres était la colonne automobile volante de l’ouest du comté de Cork. L’homme qui la dirigeait, Tom Barry, révèle comment un groupe de patriotes, armés de leur seule volonté, parvient à tenir en échec les forces de l’ordre britanniques et à châtier les « barbouzes » de l’époque, les Black-and-Tans de sinistre mémoire.

Aujourd’hui l’Irlande est libre et le pays sait ce qu’il doit aux hommes de l’organisation armée secrète de l’indépendance, l’I.R.A., l’Irish Republican Army. Dans chaque chaumière, les exploits de ces hommes sont devenus une véritable légende et tous les pays celtiques gardent le souvenir des nationalistes qui sont morts pour que leurs enfants puissent vivre libres sur la terre de leurs pères. »

—————————————————————————————–

pour me contacter

août 2019
L M M J V S D
« Fév    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

a

Des racines et des elfes

Tigialon uscas

Blog Stats

  • 1 280 397 hits
Publicités