You are currently browsing the tag archive for the ‘Identitaire’ tag.

Le 23 août 1305, William Wallace surnommé « William Braveheart Wallace », héros des luttes d’indépendance de l’Écosse, était exécuté à Londres. Il avait 33 ans. Il fut mis à mort dans les conditions atroces réservées aux traîtres : traîné par des chevaux par les pieds sur plusieurs kilomètres de Westminster à la Tour de Londres et de là à Aldgate à moitié pendu, éventré et le feu mis à ses entrailles. Enfin, il fut finalement décapité, puis découpé en morceaux. Pour « donner un exemple », Edouard 1er fit exposer les différentes parties de son corps aux quatre coins du royaume d’Angleterre, et sa tête fut placée sur le pont de Londres.

Mais au lieu de détruire l’esprit de liberté chez les Écossais, cette exécution conforta le sentiment nationaliste écossais, et d’autres hommes se sont dressé contre l’Angleterre, en particulier Robert Bruce. En 1314, les Écossais, sous le commandement de Robert Bruce, qui s’était rallié les nobles et proclamé roi d’Écosse, défont l’armée anglaise à la bataille de Bannockburn, et assurent, à la fin de la guerre, l’indépendance de l’Écosse en 1328.

Un exemple pour tous les européens !

————————————————————————————————————-

Publicités

ra44

« Je ne sais pas si les concepts de justicialisme ou de solidarisme peuvent évoquer quelque chose à notre peuple. Le justicialisme doit certainement parler aux Argentins qui ont connu l’heureuse époque péroniste, le solidarisme doit encore résonner dans quelques cerveaux dissidents du temps du communisme en Russie, voire à une frange de notre mouvance qui a cherché elle aussi a donner corps à une idéologie dite de troisième voie. Pour moi, le terme socialisme n’est pas un concept démonétisé du fait que les fantoches actuellement au pouvoir en France s’en réclament. Comme pour le magnifique mot d’Europe, il faut dénier à ces gens là le droit de se dire européens et socialistes puisque ce ne sont que des européistes au service de la finance internationale. Il faut d’ailleurs débaptiser le PS pour le nommer désormais le PM : le Parti des Minorités (les bobos friqués, les minorités raciales et sexuelles). Le « socialisme » du PS n’est qu’une étiquette plus que datée, un écran de fumée pour faire encore croire aux gogos que ce parti est la véritable alternative au capitalisme libéral de l’UMP. Histoire aussi crédible qu’un marchand de pinard qui, lors d’une dégustation, viendrait affirmer que le contenu rougeâtre de sa bouteille en plastique a autant de valeur gustative qu’un très grand cru de Bourgogne ou de Bordeaux.

Pour moi le terme de socialisme garde toute sa mystique seulement et seulement si lui sont accolés les termes de révolutionnaire et d’identitaire ! Cette idée n’est ni de droite, ni de gauche mais puise à la fois à droite et à gauche pour en retirer le meilleur, et tout d’abord pour servir de levier pour unir le monde du travail dans un grand front uni contre la ploutocratie qui nous asservit. Et dont les membres de la ménagerie qui nous gouverne actuellement sont les plus beaux porte-flingues. Ce socialisme révolutionnaire identitaire est à même de faire perdre leurs derniers cheveux à Fabius et Moscovici. Cer c’est autour des concepts d’identité et de justice sociale que nous mettrons le dernier coup d’épaule au système pour qu’il s’effondre… Comme le disait mon regretté camarade et ami Robert Dun d’une idée totalement dissidente, « elle serait capable de foutre une jaunisse à un rabbin ! » »

Eugène Krampon

————————————————————————————-

Mise en page 1

DOSSIER : Notre longue mémoire

 – Editorial : Face aux traîtres, les résistants identitaires
– L’Histoire à l’endroit : Opération Barbarossa, une révision s’impose
– Le capital attaque : L’austérité consacre le pouvoir des rentiers + Le PS fera baisser les salaires
– Géostratégie : Les conflits de 2013
– Tournant de l’Histoire : L’année 2005, année du seuil fatidique
– Solidarité avec les Boers
… et toutes les rubriques habituelles

edito55

 

Dix ans déjà que Robert Dun, de son vrai nom Maurice Martin, nous a quittés (1920 – 8 mars 2002)

PRÉSENT !

« Robert Dun, c’était un regard. Un regard visionnaire qui illuminait. Et derrière ce regard, c’était le timbre d’une voix légèrement chantante qui semblait parler de très loin comme pour annoncer un avenir très proche. Robert Dun était un de ces hommes très rares qui savent et qui peuvent allier l’Idée et l’Acte, le Théorique et l’Exemplaire, le Pensé et le Vécu. Dès l’après-guerre, il érigea avec Saint-Loup l’île intérieure de la survie spirituelle et identitaire, l’empire invisible de la métaphysique et de la renaissance païenne européenne. Toute une génération, la mienne, y redécouvrit les clés que la fée Mélusine y avait précipitamment cachées pendant le crépuscule des dieux. Ce sont les clés que Robert Dun et Saint-Loup nous apprirent alors à manier pour rouvrir ensemble les trésors de connaissance et de sagesse que la Bête tentait de détruire mais que Merlin, toujours en avance d’un stratagème, avait sauvé du pillage. Saint-Loup et Robert Dun, les deux sages d’un monde dont les racines remontent jusqu’à Thulé, nous permirent alors de déchiffrer les messages que les initiés d’un Ordre Noir, vieux comme la saga des Indo-Européens et jeunes comme le Sang nouveau des nouvelles générations, avaient enfoui sous les décombres phosphorisés de l’époque post-hitlérienne. Un nouveau maillon était désormais ancré, la chaîne des femmes et des hommes qui avaient fait le serment de veiller à la survie du Graal restait ininterrompue. Dans la lignée de Robert Dun et de Saint-Loup, il nous revient de faire passer le message à la minuit de l’Europe ; à nous de préparer les générations à venir au maintien de l’héritage bio culturel, condition sine qua non de la survie identitaire de l’homme blanc ou de sa disparition dans le magma informe du métissage ; à nous d’assumer la continuité culturelle de l’héritage prométhéen et faustien qui change sans jamais se transformer, dans la variété infinie des formes, aussi longtemps que l’ esprit qui le porte -c’est-à-dire le sang qui le véhicule- reste identique à lui même, inaltéré et inaltérable. »

Pierre Krebs

IN MEMORIAM

(rappelons que les éditions ACE viennent de rééditer sa Réponse à Bernard-Henri Lévy,  « L’Âme européenne  » )

————————————————————————————————–

pour me contacter

août 2019
L M M J V S D
« Fév    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

a

Des racines et des elfes

Tigialon uscas

Blog Stats

  • 1 280 378 hits
Publicités