You are currently browsing the tag archive for the ‘Jean de la Varende’ tag.

Auteur d’un nombre impressionnant de bouquins qui m’ont ravi quand j’étais plus jeune, et dont la plupart des personnages sont restés dans mon souvenir,Jean Balthazar Marie Mallard de La Varende Agis de Saint-Denis, baron Agis de Saint-Denis, « vicomte » de La Varende, connu sous le nom de Jean de La Varende, né le 24 mai 1887 au château de Bonneville à Chamblac (Eure),est mort le 8 juin 1959 à Paris.

« Dans le mouvement stylistique de M. de Saint-Simon apparaît une sorte d’allégresse invaincue, une juvénilité qui persiste et le maintient sous pression. D’ailleurs, LA CURIOSITE est un ferment si actif qu’elle détermine chez ceux qui ont la chance d’en être possédés, une animation telle qu’elle devient une sorte d’attente heureuse de l’heure et de l’événement, un éclairement général de la personnalité, un appétit vif et remuant. Le curieux est toujours alerte, débrouillard, et ne connaît pas l’ennui ; bien loin de se refuser délibérément la mélancolie, il l’ignore. Le curieux pourra être triste, jamais il ne sera morose. Quand les choses sont par trop dures, par trop cruelles, le curieux cède à la douleur, mais soyez certains qu’il sera parmi les plus rapides à rechausser les étriers, comme on disait jadis ; à rattraper les pédales, comme l’on dit aujourd’hui, car les métaphores sont dictées par les mœurs. »

M. de Saint-Simon & sa comédie humaine.

————————————————————————————

 

Publicités

« Renée Bordereau, dite Langevin, simple paysanne originaire de Soulaines, rejoignit la chouannerie d’Anjou pour venger ses parents assassinés par les Bleus. Dès lors cette petite jeune fille, élevée dans de stricts principes moraux et religieux, revêtira l’habit de garçon et deviendra une « amazone chouanne » que rien ni personne ne pourra arrêter.

Le destin de Renée Bordereau croisa un temps celui de Jean Chouan (Jean Cottereau), figure principale de l’insurrection paysanne du Maine. La communauté de leur idéal et l’identité de leur tactique de guérilla furent telles qu’un éditeur, publiant en 1977 les souvenirs romancés de Renée Bordereau (Jean-Paul Vincent, Une farouche amazone, Imprimerie du Pélican, Angers, 1977) imagina de leur adjoindre de larges extraits de la Chronique rimée de Jean Chouan et de ses compagnons, ouvrage peu connu, publié en 1846 par Arthur de Gobineau.

Armée de la faux emmanchée à revers, Renée n’aura plus qu’un but : venger ses parents et les paysans martyrs. C’est en usurpant le nom d’un de ses frères que Langevin va s’engager dans la cavalerie vendéenne. Blessée plusieurs fois, Renée Bordereau dépêchera vers la mort, « sans en ressentir la moindre honte », un nombre impressionnant de Bleus. Obligée de se cacher deux longues années, Renée Bordereau « repiquera » à la guérilla en 1799, devenant pour le coup un véritable chef de bande. Dénoncée par un mouchard en 1809, Langevin fut emprisonnée trois années durant. Après sa libération, établie à Paris, Renée l’Amazone termina sa vie dans la peau d’une irréductible rebelle. »

Anne Bernet, Nouvelle Revue d’Histoire HS n°2

————–

C’est incroyable ce qu’elle me rappelle le magnifique personnage de Man d’Arc de La Varende … Jean de La Varende dont on commémorait précisément la mort avant hier.

———————————————————————————————

J’ai longtemps considéré Jean de La Varende comme mon auteur préféré. En 5e, au lycée, je lisais « Pays d’Ouche » et plus tard à la fac, je parlais plus souvent de lui avec mon assistant en Histoire du droit, qui était de ses admirateurs, que des institutions féodales comme nous l’aurions du. Entretemps, j’avais rejoint l’association des « Amis de La Varende » ce qui donnait droit, chaque année, à un délicieux petit inédit dont s’enorgueillit encore aujourd’hui ma bibliothèque.

Je n’ai depuis que peu rencontré de personnages aussi romantiques que Nez de cuir, Man’d’Arc et autres Manants du roi pratiquant avec autant d’ardeur la noblesse, l’honneur et la fidélité. J’avais déjà envoyé loin promener la religion du désert, mais curieusement son catholicisme ne me gênait pas : avec Michel de Saint-Pierre et quelques rares autres, il est de ces auteurs chrétiens qui trouvent pourtant grâce à mes yeux… J’avais trouvé particulièrement émouvante , je m’en souviens encore, une nouvelle qui contait la longue nuit de réflexion d’un hobereau déchiré , à la suite de la condamnation papale du mouvement « l’Énergie Nationale », allusion claire à l’Action Française… et ce simple texte m’avait permis de prendre la mesure pitoyable de ce pauvre Maurras que devait, dans ses « Décombres », illustrer aussi parfaitement Rebatet,, éternel cocu, du Roi, de l’Eglise et du Coup de Force (*)…

J’aime aussi de La Varende que, n’ayant pu faire la carrière maritime à laquelle il aspirait, il s’évertua toute sa vie durant à réaliser une impressionnante collection de maquettes de bateaux et de navires composée de plus de 2000 éléments …

Jean de La Varende est né le 24 mai 1887 au château de Bonneville à Chamblac, dans l’Eure.

(*) Maurras :

– agnostique convaincu, il fait un compromis avec le catholicisme et se fait le chantre d’une Église-facteur d’union entre tous les Français pour voir son Action Française officiellement condamnée par le Pape en 1926;

– monarchiste, il est renié par le prétendant, le Comte de Paris qui rompt avec fracas tous liens avec l’AF en publiant une lettre définitive, pour se tourner vers des élites plus proches du régime républicain et davantage « fréquentables »;

– propagandiste du « coup de force » il rate l’opportunité, qui ne se représentera pas, du 6 février 1934, par manque total de prise en compte de la réalité

– inventeur du « nationalisme intégral » et germanophobe extrême, il s’engage derrière le Régime de Vichy pour se voir jeté en prison en 1945, et condamné à perpète, accusé de collaboration -un comble- avec les allemands …

—————————————————————————————————————————————-

LaVarende« Ce qui m’a frappé chez La Varende c’est : la puissance. Il y a quelque chose de mâle dans son oeuvre, qui en impose. J’aime cela. Puissance, donc : et d’abord d’évocation. Personnages, demeures, pays sont portés en avant, et, un peu agressivement, viennent à vous. Ils sont prêts à lutter. Vus à grands traits, ils n’en montrent pas moins une vie vigoureuse. Car, autant que les personnages, les pays, les demeures participent au don impérieux de vie. Vraiment impérieux. Nous sommes là devant un art autoritaire. De là ce goût et ce sens de ce qui est sang et race. Le sang est fort, la race originale. Elle tend, cette race, à se distinguer violemment. On n’est pas des mauviettes… Il faut prendre ces gens tels qu’ils sont, en se disant que le mieux, si on les rencontrait sur son chemin, ce serait de ne pas se laisser faire. Pour les bien comprendre, c’est ainsi qu’il faut les saisir – à bras le corps. Rude et bonne bataille. Mais ils sont généreux, et si quelquefois la grandeur leur tient lieu de tout – et par conséquent de bonté – je sais que cela choque. On passe du grands au cruel, et on va au mépris, bien durement. Mais quoi ? est-ce un mal ? Je ne le crois pas. Le grand – le génie du grand et du fort – n’est-ce pas ce qui nous manque ? Voyez comme lui, La Varende, parle du Provençal Suffren ? Il ne l’aime pas. Et il en fait un difficile, et même parfois un antipathique personnage. Mais il le peint grand – La Grandeur, cela compte. La Varende est dans la grandeur par vocation, héréditairement et, par conséquent, sans effort ; il y respire son air naturel.
Le reste – les broutilles des défauts, les manies de style, que sais-je ? Ce qui est le lot de nous tous – est-ce que cela compte ?
Et puis, il sait conter. C’est un don rarissime… »
Henri Bosco
——————————–
Jean-Balthazar Mallard vicomte de La Varende, issu d’une très ancienne famille normande, est né en 1887 au château ancestral du Chamblac, en Pays d’Ouche.Très attaché au territoire normand, à ses paysans et à ses aristocrates, il écrit de nombreux livres dont le Pays d’Ouche constitue le cadre principal et qui ont bercé une partie de mon adolescence. Il est mort le 8 juin 1959.
————————————————————————

pour me contacter

août 2019
L M M J V S D
« Fév    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

a

Des racines et des elfes

Tigialon uscas

Blog Stats

  • 1 280 397 hits
Publicités