You are currently browsing the tag archive for the ‘Jean-Luc Guinot’ tag.

« Face à un prédateur humain passé en mode reptilien (…) face à cette machine de guerre destinée à détruire, la seule façon de résister est de sortir le fauve que la nature a mise en nous pour nous protéger. Ce fauve que nous avons essayé de dompter, de faire disparaître,n sans heureusement y parvenir est si efficace que, le fait même de le réveiller va suffire bien souvent à dissuader un prédateur. Celui-ci saura reconnaître la difficulté et préférera se diriger vers une proie plus facile. Cependant, force est de constater que le combat défensif de survie est difficile à enseigner et à apprendre, notre socio-culture faite de règles et de rituels nous bloque dans notre apprentissage.

Depuis le néolithique nous avons dérivé. Le combat d’embuscade où la ruse, la surprise, la rapidité d’action étaient des atouts majeurs ont pratiquement disparu. Place aux combats rituels ! Place aux règles qui favorisent le plus fort physiquement, le plus agressif, le plus entraîné. Place à la mystification des dominants qui établissent les règles à leur avantage, en faisant croire que rien d’autre n’existe. Cette mystification du combat rituel, avec règles apprises, prend sans doute ses racines dans nos esprits avec les Grecs et les Romains, il y a plus de 2000 ans. Nous n’avons en modèle que les batailles rangées où l’ennemi se fait face sur des champs de batailles et nous méprisons l’embuscade, la ruse, la guérilla, qui sont sans honneur, nous apprend-on depuis notre plus tendre enfance. L’homo sapien doit réapprendre le combat défensif de survie et être conscient du lavage de cerveau qui lui a fait oublier que lors d’une agression, l’essentiel est de survivre, pas de se battre suivant des règles inventées par les plus forts. « Si vis pacem, para bellum » « si tu veux la paix, prépare-toi à la guerre » nous dit le proverbe latin, le conseil est sage et s’applique plus à un individu qu’à une armée. L’homo sapien vivant dans une société de moins en moins violente : il est important de le noter, a cru pouvoir oublier l’apprentissage du combat défensif de survie. Nous avons cru que nous étions à l’abri des violences de nos semblables, l’erreur est humaine, pourtant il n’en est rien. La présence dans nos sociétés pacifiques d’une organisation police/justice, très structurée et souvent efficace, ne peut empêcher la violence. Tout juste peut-elle la contenir lorsqu’elle est issue d’individus raisonnables. Mais que peut cette même organisation devant ceux qui ne la craignent pas ? L’un des traits communs des personnalités antisociales n’est-il pas : « le dédain complet pour la sécurité de soi et des autres », « l’incapacité à ressentir la culpabilité ou à profiter de l’expérience, en particulier des punitions », dans ces conditions, devant l’absence de peur, de remords et de crainte de la punition d’un psychopathe ou d’un sociopathe, quelle est l’efficacité des organisations chargées de nous protéger ? Il faut le dire, devant de tels agresseurs utilisant la ruse, l’embuscade, la surprise, la rapidité, la violence extrême, nous sommes seuls. Ils sont les loups, nous sommes les moutons. Quelquefois, parce que nous pratiquons un art martial ou un sport de combat, nous croyons être des tigres alors que nous ne sommes en réalité que des « moutons tigres », rien de plus. »

Jean-Luc Guinot. Anthropologie du combat.

—————————————————————————————

4ème de couverture :  « Ce livre est destiné à donner des outils permettant de mieux vivre les confrontations et les agressions que la vie ne manquera pas de mettre sur votre chemin, il vous aidera aussi à comprendre les épreuves passées et à établir des stratégies de défense efficaces. L’agression physique, base même de notre réflexion, est bien sûr très largement abordée, mais nous avons voulu élargir notre exposé, avec les agressions dites psychologiques et notamment l’inhibition de l’action, responsable de nombreuses maladies et cause de décès dans de nombreux pays. Ce livre, cet essai littéraire s’adresse à tous, dans un langage le plus accessible possible pour les non-spécialistes, il est le résultat d’une recherche, d’un essai de compréhension d’un système complexe, puisque vivant, et en évolution permanente. L’auteur de ce livre ne prétend pas détenir la vérité mais, évoque la réalité, il ne propose pas de recettes miracles pour apprendre à se défendre mais, simplement fournir des éléments capables d’alimenter votre propre réflexion avec l’espoir de faire de vous des chercheurs, capables de découvrir des voies inexplorées et plus particulièrement celles qui sont enfouies au plus profond de votre cerveau ».

L’auteur, à propos de son livre :

« L’anthropologie du combat est composée de deux tomes. Le premier est intitulé « Le combat défensif de survie, le mental au combat », le suivant à paraître s’intitulera certainement « L’homme au combat ».
Le tome 1 est une invitation à comprendre les mécanismes mentaux de l’homme au combat, avec des introductions à la génétique, à la cybernétique. Il ouvre des portes sur des domaines qui seront développés dans le tome 2, pour lequel il me reste environ une bonne année de travail. J’ai voulu parler du mental au combat car mon expérience personnelle, mais également les tests réalisés auprès de mes étudiants, montrent que plus l’on a conscience de son propre fonctionnement, plus on est efficace lorsque cela est nécessaire.
Il faut donc comprendre comment fonctionne la machine avant de l’utiliser. »

————————————————————

pour me contacter

novembre 2019
L M M J V S D
« Fév    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

a

Des racines et des elfes

Tigialon uscas

Blog Stats

  • 1 286 253 hits