You are currently browsing the tag archive for the ‘Les décombres’ tag.

« Le 7 février [1934], dans l’après midi, un fidèle de l’Action Française, Pierre Lecoeur, entrait fort animé dans la grande salle de notre rédaction et allait droit à Maurras, qui était en train d’écouter trop galamment le caquetage d’une pécore du monde :

« Maître, Paris est en fièvre. Il n’y a plus de gouvernement, tout le monde attend quelque chose. Que faisons-nous ? »

Maurras se cambra, très froid et sec, et frappant du pied:

« Je n’aime pas qu’on perde son sang-froid. »

Puis, incontinent, il se retourna vers la perruche, pour lui faire, à n’en plus finir, l’honneur bien immérité de son esprit. »

Lucien Rebatet : « les Décombres ».

Dubout-

Pierre Vial vient de rejoindre la Nouvelle Droite Populaire qui affirme, entre autres, son attachement aux valeurs chrétiennes de l’Europe . Et quand on lui demande comment il assume en même temps son paganisme, il fait référence à Maurras et parle du « nécessaire compromis nationaliste  qui repose sur l’impératif de grouper toutes les forces disponibles pour faire face au péril mortel» qui nous menace.

Je ne peux pas m’empêcher de penser que la vie de ce pauvre Maurras a été une bien triste vie, faite de camouflets et de frustrations :

– agnostique convaincu, il fait un compromis avec le catholicisme et se fait le chantre d’une Église-facteur d’union entre tous les Français pour voir son Action Française officiellement condamnée par le Pape en 1926;

– monarchiste, il est renié par le prétendant, le Comte de Paris qui rompt avec fracas tous liens avec l’AF en publiant une lettre définitive, pour se tourner vers des élites plus proches du régime républicain et davantage « fréquentables »;

– propagandiste du « coup de force » il rate l’opportunité, qui ne se représentera pas, du 6 février 1934;

– inventeur du « nationalisme intégral » et germanophobe extrême, il s’engage derrière le Régime de Vichy pour se voir jeté en prison en 1945, et condamné à perpète, accusé de collaboration avec les nazis …

Non vraiment, je suis pas bien sur que Vial ait raison, je suis pas bien sur que Maurras soit la bonne référence à prendre…

——————-

D’un autre côté, toujours au chapitre des « nécessaires compromis », Pierre Vial rappelle aussi : « au FN, sans état d’âme, je travaillais en tandem avec le catholique de tradition Bernard Antony pour la formation des cadres » … le même Antony, président de Chrétienté-Solidarité, ne doit pas avoir les mêmes souvenirs, puisque, sans état d’âme lui non plus, il déclarait en 2001 préférer « un Noir catholique à un Blanc païen »…

————————————————————————————————————

Publicités

Rebatet 2J’ai au moins un trésor qui dort dans mes étagères depuis des années … un trésor en double en fait : « Les Décombres » de Lucien Rebatet dans son édition originale, et puis « les Mémoires d’un fasciste » en deux volumes, du même qui sont la réédition du premier amputé de quelques passages. Le premier n’est pas en très bon état, et c’est pourquoi j’ai acheté les 2 et 3ème à leur parution. Et depuis, les uns et les autres dormaient, attendant mon bon plaisir, comme tant d’autres … C’est vrai, on achète par crainte de rater et puis on range, et puis on oublie plus ou moins, ou on a autre chose à faire, autre chose à lire …

J’avais un vague souvenir du Rebatet signant dans Rivarol (oui, j’ai cet âge qui m’a permis de lire les chroniques de Rebatet …) mais je n’imaginais pas, en ouvrant le bouquin, quelle jubilation allait me prendre au fur et à mesure des pages tournées…

J’ai commencé à cocher au crayon de papier les phrases qui me plaisaient et puis j’ai vite vu que j’allais devoir cocher les trois quarts du bouquin ce qui me semblait un peu inutile …

Et ça m’a donné envie de ressortir son « Histoire de la Musique » et ses « Deux étendards », ses « Épis mûrs »et le petit bouquin que lui avait consacré Pol Vandromme aux éditions Universitaires.

Il est dit que « la publication des Décombres fit exactement l’effet d’une bombe. Au propre et au figuré,cet énorme pamphlet de 672 pages était un pavé. L’avant-guerre, Munich, la drôle de guerre, la débâcle, Vichy, peints avec une justesse, une férocité impitoyables et un éclatant talent de grand reporter, servaient de décor. Les bourgeois, les militaires, les politiciens, les juifs, les curés, les franc-maçons, les capitalistes, l’Action Française, le Front Populaire étaient les cibles, mitraillées avec une violence, une fureur et un lyrisme qui stupéfièrent. « Torrentiel, apocalyptique, écumant » sont les adjectifs qui reviennent le plus souvent dans les critiques de l’époque ».

Front PopuPour exemple : « Jules Renard, dont j’aime à croire qu’il n’eût jamais été un socialiste à la mode du Front Populaire disait « Oui, le peuple. Mais il ne faudrait pas voir sa gueule ». Les dieux savent si on la voyait ! Ça défilait à tout bout de champ, pendant des dimanches entiers, sur le tracé rituel de la République à la Nation. Il y avait les gueules de la haine crapuleuse et crasseuse, surtout chez les garces en cheveux. Il y avait encore à profusion le prolétaire bien nourri,rouge, frais et dodu dans une chemisette de soie, un pantalon de flanelle, d’étincelants souliers jaunes, qui célébrait avec une vanité rigolarde l’ère des vacances à la plage, de la bagnole neuve, de la salle à manger en noyer Lévitan, de la langouste, du gigot et du triple apéritif. Le peuple, dans ces revues, était entrelardé de cohortes maçonniques, arborant d’incroyables barbes toulousaines, et des bannières, des ceintures, des scapulaires bleus et roses de congréganistes sur des ventres de Tartarins; ou encore d’escouades d’intellectuels, les penseurs de mai 36, dont l’aspect me mettait un voile rouge devant les yeux, les vieux pions de Sorbonne, les suppôts à lorgnons et barbiches de toute la suffisance primaire, bras dessus bras dessous avec tel homme qui avait eu du talent et qu’on reconnaissait avec un étrange dégoût dans ces chienlits. N’y manquait jamais, avec sa figure dévorée de tics, le sieur André Malraux, espèce de sous-Barrès bolcheviste, rigoureusement illisible, et qui soulevait pourtant l’admiration à Saint Germain des Prés, même chez les jeunes gogos de droite, grâce à un certain éréthisme du vocabulaire et une façon hermétique de raconter des faits divers chinois effilochés dans un bouillon d’adjectifs »

un site à visiter : http://etudesrebatiennes.over-blog.com/

————————————————————————————————————————

pour me contacter

octobre 2019
L M M J V S D
« Fév    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

a

Des racines et des elfes

Tigialon uscas

Blog Stats

  • 1 284 199 hits
Publicités