You are currently browsing the tag archive for the ‘métissage’ tag.

Histoire-3.-Moyen-Age-Eduard-von-Gruetzner« Le confesseur de Louis IX lui avait interdit de rire le vendredi. Comme si le rire pouvait se commander. Or, il ne faut pas oublier que c’est au XIIIe siècle que l’on vit apparaître le sourire sur le visage des statues sacrées.
Y a-t-il eu opposition radicale entre le rire et la religion catholique ? Assurément, mais dans une moindre mesure que ce que l’on s’est efforcé de démontrer (je fais notamment allusion à Umberto Eco). Que l’on cesse de considérer le Moyen-Age et le catholicisme médiéval comme une période d’ignorance et d’obscurantisme. Les moines et abbés de jadis étaient tout aussi dévoyés et défroqués que nos contemporains le sont. Et l’on ne rit certainement pas davantage aujourd’hui.
La grande tendance, c’est l‘intelligentsia qui se pose en juge du passé et des actions de nos prédécesseurs, de nos aïeux. « Avant, ça n’était pas la démocratie, ni l’égalité, ni le métissage institué, donc une grande chape sombre posée sur le monde. » Cette assurance qu’ont certains d’être juchés sur un observatoire, et qu’ils ne seront pas eux-mêmes dénoncés par les intelligences à venir pour la vaste entreprise de déstabilisation qu’ils sont en train d’édifier autour d’eux, est tout à fait caractéristique de notre fin de siècle.
Il faudra pourtant que nos enfants et nos petits-enfants se souviennent des fossoyeurs et des apprentis sorciers, et que leurs noms demeurent synonymes de fossoyeurs et d’apprentis sorciers. »

(Bruno Favrit. Midi à la source. Carnets 1990-2011.)

Georg-Sluyterman-von-Langeweyde-The-Family « Germen – La racine biologique d’un peuple et d’une civilisation, le centre de son socle ethnique sur lequel tout repose.
Ce mot latin signifie « germe », « semence ». Quand la culture est atteinte, un redressement est possible. Quand le germen biologique est détruit, plus rien n’est possible. Le germen est comparable à la racine de l’arbre. Même si le tronc est abîmé et le feuillage émondé, l’arbre peut repousser. Pas si les racines sont arrachées. La comparaison vaut pour les civilisations. Le germen représente les racines ethno-biologiques; le tronc représente la culture populaire, et le feuillage la civilisation. Rien n’est perdu tant que le cœur du germen, des racines, est préservé. Cette métaphore vaut évidemment pour l’Europe d’aujourd’hui, dont le germen est gravement menacé.
Ce concept implique évidemment, au rebours absolu de l’idéologie dominante, que les cultures et les civilisations reposent (pas uniquement bien sûr mais principalement) sur des populations concrètes, ainsi que sur leurs hérédités physiques et mentales, c’est-à-dire sur le réel, sur la vie, autrement dit sur des caractéristiques bio-génétiques relativement invariables. Le contester par dogmatisme biologique est à peu près aussi intelligent et efficace que de nier la rotondité de la Terre, la circulation du sang, l’héliocentrisme ou l’évolution des espèces comme le firent, ne l’oublions pas, les ancêtres spirituels et intellectuels de l’actuelle idéologie dominante.
Le germen est ce qui demeure inaliénable, qui n’est la propriété d’aucune fantaisie individuelle et que chaque membre de chaque peuple doit transmettre à sa lignée. Un peuple peut renaître si sa culture est détruite, si sa religion ou sa spiritualité sont oubliées; il peut retrouver l’héritage des ancêtres et répondre à l’appel des traditions sorties de sa mémoire, les faire renaître. Mais si le germen bio-génétique est défiguré, aucune renaissance n’est possible, ou alors elle sera factice.
C’est pourquoi le combat contre le métissage, la dépopulation démographique et la colonisation allogène en Europe est encore plus important que les nécessaires mobilisations pour l’identité culturelle ou la souveraineté politique.
Toutes ces causes sont importantes, mais il y a un ordre de préséance fondé sur une urgence absolue. »

(Guillaume Faye. Pourquoi nous combattons.)

 

 

 

davidlane« Depuis l’époque de Platon, Socrate et Caton, à celle de De Vinci et Michel-Ange, de Locke et Shakespeare, de Jefferson et Franklin, la civilisation occidentale a jailli du génie créatif d’un seul et même peuple. Dans le vaste panorama du temps, cette période ne fut qu’un moment éphémère et un rêve glorieux. L’avenir proche montrera quelle sorte de civilisation suivra la disparition de l’homme blanc. Quelle tristesse et quelle ironie, que la République américaine, qui fut constituée exclusivement pour la préservation et la promotion de l’homme occidental, soit devenue l’instrument par lequel il a été détruit à la fois ici et dans sa patrie européenne.

Depuis de nombreuses années, j’ai combattu de toutes les manières qui étaient disponibles pour une personne isolée et sans pouvoir, pour briser le rideau de fer des médias et montrer à mon peuple que ces mêmes choses qui sont protégées, favorisées, et qui nous sont imposées par ceux qui contrôlent aujourd’hui les affaires du monde occidental, ont détruit toutes les civilisations que nous avons construites. Je veux parler de choses telles que l’infanticide par l’avortement, une pratique qui a conduit au meurtre de quinze millions de bébés de mon peuple, et qui est protégée par le gouvernement et les tribunaux fédéraux; l’homosexualité, dont les adeptes nous sont imposés comme des modèles, et même comme les enseignants de nos enfants par le gouvernement et les tribunaux fédéraux; et le pire de tout, la destruction délibérée de notre existence raciale elle-même.

Ceux qui ont entrepris de métisser et de détruire les derniers vestiges de l’homme occidental savent très bien qu’aucun peuple ne peut continuer à exister sans une nation bien à lui, pour pouvoir développer, protéger, et valoriser sa propre descendance. Ils savent aussi qu’un peuple qui n’est pas convaincu de sa propre unicité et de sa valeur périra, et c’est pourquoi je suis calomnié et opprimé quand je montre que presque tous les progrès de la condition humaine sont venus de l’esprit fertile de l’homme occidental.

L’homme blanc est à présent une infime minorité dans le monde, et cependant on lui dénie non seulement le droit à une nation à lui, mais aussi l’intégrité de l’impératif territorial nécessaire à sa survie. La culpabilité de ceux qui participent à la destruction de cette race d’hommes ne peut pas être convenablement décrite dans le vocabulaire des mortels. En ce qui concerne les procureurs dans cette affaire, je dis seulement que si la préservation du pouvoir dépend du parjure, alors les procureurs des Etats-Unis sont aussi solide que le Rocher de Gibraltar. Mais si les lois de la Nature tiennent compte des concepts de justice ou de dette karmique, alors ils marchent sur des sables mouvants.

Que ce procès puisse simplement avoir lieu est une violation de toutes les garanties constitutionnelles contre la double peine. Les machinations et les chicaneries légales utilisées pour emprisonner un homme pour une durée potentiellement illimitée, pour le même délit, en changeant la description légale de ce délit, en changeant les juridictions et ainsi de suite, sont complètement répugnantes pour le sens anglo-saxon de la justice, ainsi que totalement contraires à la fois à l’esprit et à l’intention de la Constitution. La frénésie démentielle de ceux qui contrôlent à présent le gouvernement fédéral des Etats-Unis, pour punir et détruire tout homme blanc qui résiste au métissage et au meurtre délibéré de cette race en voie de disparition rapide, est évidente. L’Histoire laisse présager une horreur inexprimable pour la dernière génération d’enfants blancs, si moi et d’autres qui viendront après moi ne réussissent pas mieux à réveiller notre peuple de sa torpeur mortelle. Notre tâche est aussi simple qu’elle est immensément importante: «Nous devons assurer l’existence de notre peuple et un avenir pour les enfants blancs».

Comparé à cet impératif historique primordial, ce que vous me ferez n’a pas d’importance. Je ne suis pas un homme courageux; j’ai vécu les mille morts du philosophe plutôt que la mort unique du soldat. Mais j’ai volontairement recherché ce destin, et je ne reculerai pas devant lui.

Bientôt vous entendrez parler d’un autre qui parlera sans doute de ses croyances religieuses. Peut-être même qu’à cette date tardive, le pouvoir d’une croyance religieuse pourra sauver l’homme occidental, ou peut-être la Divine Providence nous donnera-t-elle un coup de main. Sinon, alors ceux qui se rebellent contre la tyrannie doivent toujours accepter les conséquences avec un haussement d’épaules, ou ils ne sont ni des patriotes ni des hommes.

Je ne dirai rien de plus … »

David Lane

—————————————————————————————-

A tous ces sales cons et menteurs qui, pour remettre en cause notre identité européenne, nous bassinent du haut de leur pontifiante idéologie avec un prétendu constant métissage des populations depuis la plus haute Antiquité, je dédie cette reconstitution de synthèse du visage probable d’Ötzi, dont le corps fut retrouvé dans un glacier alpin de l’Ötztal, et qui , âgé d’environ 5000 ans, est le plus vieil Européen connu.
Pas besoin d’être grand clerc pour voir que cette théorie du métissage ne tient pas en face des traits d’ Ötzi, tellement peu différents de ceux de tant d’Européens d’aujourd’hui. Ötzi est mon voisin …

———————————————————————————————————————————

Amis, nous devons avoir le courage de regarder les réalités en face : nous sommes acculés à la clandestinité, peut-être pour des siècles. Ce sera assurément pour des siècles si les masses déboussolées par la vie urbaine, le brassage racial, les déracinements, la permissivité ont le réflexe de se jeter dans le fanatisme islamique pour échapper à leur nihilisme. Nous l’avons déjà vu : l’islam fondamentaliste est le seul mouvement des temps modernes qui puisse prétendre à une dimension culturelle car il est le seul à exiger une parfaite identité de la loi religieuse, du mode de gouvernement et de la loi civile. Mais il n’en est pas moins intolérable pour d’authentiques Européens. Nous autres, les dépositaires de l’espérance nietzschéenne, les résurrecteurs d’une Europe antique lavée de ses infantilismes et naïvetés, sommes les seuls à avoir quelque chose de cohérent à opposer à l’islam. Mais nous sommes réduits au silence. Il nous serait certes infiniment plus facile de susciter des prises de conscience et de regrouper une élite si nous avions droit à la parole et accès à l’appareil médiatique. Mais ce dernier est totalement aux mains de nos pires ennemis et le restera. Nous ne pouvons recourir qu’au travail missionnaire, individuel et de groupuscules. Nous avons à traverser notre temps des catacombes.

Faut-il le regretter ? Cela ne changerait rien. Nous devons plutôt interpréter cette situation comme un signe des temps : de ceux du dernier homme si adéquatement décrit par Nietzsche dans le prologue de Zarathoustra.

Robert Dun, Les catacombes de la libre pensée.

————————————————————————————–

Article intéressant dans le dernier numéro de Rivarol sur Kevin MacDonald, professeur de psychologie à l’Université d’Etat de Californie-Long Beach, et qui serait en train de devenir une des personnalités américaines les plus en vue.

Adepte de la psychologie évolutionniste (Konrad Lorenz, Karl von Frisch, Nikolaas Tinbergen), Il a eu l’audace de l’appliquerà l’un des super-tabous contemporains : le judaïsme.

« Sa thèse définit les juifs comme un « groupe stratégique évolutionniste » qui aurait, au cours des millénaires, développé une intelligence verbale hors du commun et un ethnocentrisme auquel les Blancs n’ont pas accès. En même temps qu’ils sont parvenus par un eugénisme endogamique pointilleux, lui aussi interdit aux autres, à surclasser les peuples blancs dans la quête des richesses, tout en instillant chez eux mauvaise conscience et doute d’une culpabilité dont on les a persuadés qu’elle était la rançon de leur barbarie historique. Avec une telle rhétorique, partout claironnée par l’hydre médiatique dont ils ont la totale maîtrise, ils ont imposé deux mécanismes qui accélèrent la disparition biologique des majorités blanches d’Europe et d’Amérique : le métissage et l’immigration de masse ».

Selon MacDonald, « l’alternative à laquelle sont confrontés les Européens dans l’ensemble du monde occidental les place dans une situation d’une extrême vulnérabilité dans laquelle leurs destinées seront dictées par d’autres peuples, dont beaucoup entretiennent à leur égard des haines historiques viscérales. La promotion par les Européens eux-mêmes de leur propre dépossession est le summum de la folie -un égarement historique de dimension cataclysmique ».

————————————————————————————–

« De même que le capitalisme ravage, pille et pollue la nature et la terre et le ciel, il décompose les cultures pour les anéantir en les digérant vivantes et anesthésiées par l’argent.

L’exploitation capitaliste a un besoin vital des cultures pour se développer, mais en même temps, son développement même détruit les cultures comme le parasite détruit le corps dont il vit. Peu à peu, nous voyons les nations devenir des zones d’occupation américaines (ZOA) soumises aux seuls impératifs économiques du système cosmo-capitaliste déguisé en capital-démocraties. Une grande partie de l’Europe occidentale n’est plus qu’une ZOA en vente libre à n’importe quel offrant.

De même que les Etats Unis se sont d’abord constitués contre leur culture et pour des raisons commerciales, de même une certaine Europe marchande est prête à abdiquer son identité culturelle pour conserver ses bénéfices quitte à subir une triple colonisation : celle d’en haut, par l’argent et l’ hégémonie des cosmopolites, celle d’en bas part l’importation massive d’une main d’œuvre bon marché et qui s’installe dans le peuple, celle du milieu à l’encouragement à la consommation sans reproduction, parasite de parasite. Au bout du processus, la logique du désastre nous conduit à la mort culturelle avant la mort tout court.

Il faut montrer que le monde libre n’est plus cette big happy family de l’idéologie USAïque, ni cette fraternité de l’idéologie bourgeoise, ni cette égalité de l’ idéologie cosmopolite, car la famille serait plutôt celle des Atrides, et la fraternité, celle qui commence comme Abel pour finir comme Caïn. L’immense camp de consommation rempli par des masses d’acheteurs réduits à l’état d’êtres humains totalement déculturés sous la présidence du Président Directeur Général M. Personne qui veille au bonheur tranquillisant de M. Tout Le Monde comme le psychiatre-chef d’un grand magasin que l’on prendrait pour Dieu au Paradis, c’est la république de la pub et du fric, la Répubfric ».

Henri Gobard : « La guerre culturelle »

courtiers_new-york_

Ce texte date de 1979. pas grand changement depuis, si ce n’est qu’on a progressé allègrement vers la déculturation et que l’homme est en passe de devenir un individu isolé, proie toute désignée pour les études de marché, pour le travail à la chaîne et les achats conditionnés

Les salauds, propagandistes de la mondialisation et leurs innombrables Kollabos mettent les bouchées doubles depuis quelques temps et pour accélérer les choses prônent un métissage à tout va et nous promettent un nouveau capitalisme … à croire que la crise, ce sont eux qui l’ont provoquée afin de pouvoir imposer des lois encore plus dures, un universalisme encore plus gerbatoire sous prétexte de « reconstruction » …

———————————————————————————————————

races-humaines

J’aurais pas du… oui je sais j’aurais pas du… je savais bien que j’allais me faire du mal: j’aurais pas du regarder cette vidéo où l’on voit le mari de la chanteuse faire la retape pour le métissage …

http://www.youtube.com/watch?v=UCs4ZcsDo4E

On sait qu’en définitive le but recherché est de créer une super race, une sorte d’homme, complètement acculturé, sans repères, consommateur bâti sur un même et unique modèle, et donc complètement interchangeable, élevé dans un immense camp de consommation, prêt à avaler sous toutes les latitudes le même cheese-burger , porter la même casquette de base ball et utiliser le même désherbant sélectif… Quand on sait ça, il faut vraiment être débile, ou avoir une âme de Collabo pour écrire des trucs du genre « il faut être conscient et instruit de sa propre culture  pour respecter la culture des autres et pouvoir se métisser » , comme je l’ai lu il y a quelques jours, comme si le métissage était la panacée universelle alors qu’il est justement devenu l’ arme privilégiée pour parvenir à cette déculturation et donc à cet homo consomatorus universel… Et c’est pourquoi le double discours du personnage susnommé est étrange et probablement éclairant : pour les nations européennes : métissage obligatoire, il n’y a pas le choix, et à coups de pied au cul si besoin … mais pour l’Arabie Saoudite : pas question de toucher aux identités parce qu’il n’y a « rien de plus dangereux qu’une identité blessée » … Face à une telle offensive, agressive et généralisée, il n’est plus temps de rester tiède car comme le disait Céline, « à force de ne pas parler des choses, par élégance, on ne dit rien, et on l’a dans le cul ! » alors on ira chercher une proposition d’explication chez Guillaume Faye :

oeufs0917dd51

« L’idéologie dominante, au nom d’un prétendu anti-racisme, affirme que le métissage est l’avenir de la planète. Or seuls les peuples européens sont actuellement victimes d’un métissage avec les allogènes. Les autres peuples du monde ne se métissent pas, ou plus : ils s’organisent au contraire en blocs ethniques, soucieux de préserver leur identité.

Avec la colonisation de peuplement que nous subissons, le métissage aboutit à la destruction progressive du germen, c’est à dire de la racine de la civilisation européenne. Les sociétés métissées sombrent rapidement dans le racisme intérieur de supériorité, ce qui provoque l’affaiblissement des liens nationaux de solidarité. L’exemple de l’aire latino-américaine est parlant : la hiérarchie sociale s’organise, qu’on le veuille ou non, en fonction du critère implicite du « plus ou moins de sang blanc ». L’idéologie du métissage aboutit donc au racisme implicite et généralisé.

L’apologie constante et répétitive du métissage comme impératif de société est tout d’abord un trait de l’ethnomasochisme des élites européennes; mais c’est aussi le fruit d’une utopie optimiste qui asserte que l’européen de l’avenir sera un métis pour son plus grand bien. Ce dogme s’appuie sur des considération pseudo-scientifiques, issues du catéchisme biologique de la pensée unique (Jacquard, Coppens…) selon lequel, les « races pures » seraient dégénératives et l’homogénéité ethnique un handicap historique. Il est à noter aussi cette contradiction flagrante : les partisans du métissage (qui sont les mêmes que ceux de l’ »anti-racisme ») s’appuient sur la prétendue nécessité biologique de « mélanger les races ». Or ils soutiennent par ailleurs que « les races n’existent pas » et que la plupart des déterminismes biologiques ne valent rien…

Ce dogme du métis, homme de l’avenir, s’apparente aussi au rêve universaliste de l’homme unique, d’une humanité uniforme, débarrassée des peuples. L’idéologie du métissage comporte un aspect totalitaire, celui de l’État mondial et de l’homme nouveau partout semblable, idée commune aux trotskistes et à l’ultra-libéralisme.

Le métissage est possible et tolérable s’il est exceptionnel, et non massif, s’il est aléatoire et non obligatoire et systématique.

Dans la même veine, on prône également le « métissage culturel » qui débouche concrètement non pas sur l’objectif affiché d’une culture universelle, mais sur la destruction de la seule culture européenne (par afro-américanisation), à qui l’on impose cet impératif de métissage. Ce dernier, habillé d’une phraséologie très élaborée, est devenu en Europe, dans tous les domaines, un point de passage obligé de tous les discours intellectuels.

Il est certain qu’en matière biologique et culturelle, il serait stupide de rejeter tous les mélanges au nom d’un dogme obsidional de pureté. Mais pour être féconds, les mélanges doivent être des unions de proximité. C’est une loi générale de la vie. Les alliances trop proches, comme trop lointaines échouent : les premières mènent à la stérilité, les secondes au chaos. Quoi qu’il en soit, dans les faits observables, l’humanité ne se dirige nullement vers un métissage généralisé; seules les sociétés déclinantes succombent à cette illusion ».

folle

Dans Aurore de l’Europe , jeudi 27 novembre : Nicolas Sarkozy a annoncé aujourd’hui qu’il présenterait prochainement des « initiatives » pour « accélérer puissamment » l’expression de la « diversité ethnique » au sein des « élites françaises », notamment dans les grandes écoles et les universités. »Je prendrai dans les semaines qui viennent des initiatives pour que cette diversité, cette France riche de cette diversité, ça se traduise également dans les élites, dans les préfets, dans les magistrats, dans les professeurs d’université, dans les médecins », a-t-il annoncé au cours d’une allocution devant des élus d’outre-mer. »Si nous ne mettons pas en oeuvre une politique profondément volontariste (…) alors jamais les élites au sommet ne ressembleront à la diversité à la base », a-t-il dit, critiquant des élites « si classiques dans leur tête et dans leur allure ». « Il est temps d’accélérer puissamment le mouvement », a jugé Nicolas Sarkozy, qui n’a pas précisé la nature des initiatives préparées. La chanteuse dont il est le mari avait dit de lui « les Français ont voté pour un fils d’immigré hongrois, dont le père a un accent, dont la maman est d’origine juive, et lui a toujours revendiqué être un français un peu venu d’ailleurs. Il ne ressemble pas aux élites françaises traditionnelles. » il ne pouvait décemment pas être de reste…

On attend la création du premier Lebensborn, section métissage, en vue de constituer l’élite de la mondialisation …

***********************************

Dans un communiqué, Le CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires de France) déclare envisager de saisir la justice suite à des « propos racistes » tenus par le journaliste Eric Zemmour sur le plateau de l’émission Paris-Berlin, le débat sur Arte le 13 novembre dernier.

Eric Zemmour avait défendu lors de ce débat l’existence de « races » : « J’appartiens à la race blanche, vous appartenez à la race noire » avait alors déclaré le journaliste à une invitée.

« Le CRAN est choqué que des propos racistes puisse être tenus sur une grande chaîne de télévision franco-allemande sans entraîner aucune sanction » estime Le CRAN qui réclame « une sanction immédiate, faute de quoi il saisira la justice ».

Bien évidemment, l’appellation « associations noires » ne fait référence à aucune race … puisque les races n’ existent pas…mais au fait, que veulent-ils donc « métisser », ces flics de la pensée ?…

***********************************

Invité de l’émission « Dimanche soir politique » du 30 novembre, le président du groupe UMP de l’Assemblée nationale, Jean-François Copé, l’a promis : « La diversité sera l’un des grands thèmes de l’année 2009 ». […] Dans un entretien au Figaro du 1er décembre, M. Santini a annoncé sa volonté de remplacer dès 2009 les épreuves de culture générale dans les concours, « trop académiques et ridiculement difficiles », par « des questions de bon sens » permettant de mieux détecter les aptitudes des candidats.

Le niveau n’est déjà pas bien haut, mais à vouloir le faire trop baisser, on tremble…

biol_04_img0416

c’est curieux comme, au fil des ans, je ressens les mots ou les expressions … ça a commencé avec la « foi » … quand on me disait que je n’avais pas la foi, pour mes interlocuteurs, c’était qu’il me « manquait » manifestement quelque chose … pour moi, c’était complètement l’inverse, j’étais très fier de ce qu’on s’aperçoive que je n’avais pas ce truc dégueulasse, cette « foi » que je considérais comme un chancre … après (beaucoup plus tard), c’était la « sensibilité de gauche », même si la plupart des « gens de droite » me font gerber, très heureux là encore de ne pas avoir ce chancre qui défigure tout … maintenant, c’est « métissage » et ça a l’air de se précipiter (pour voir, comme ça, faites une « alerte Google » sur « métissage » et vous arriverez bien vite à l’indigestion dégueulatoire…) … quel sera le prochain ?

pour me contacter

avril 2017
L M M J V S D
« Fév    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

a

Des racines et des elfes

Tigialon uscas

Blog Stats

  • 1,171,366 hits